Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

humains

Les Gardiennes

Publié le par Michel Carlué

En cette journée - une seule c'est vraiment peu de choses - dédiée aux femmes et à leur lutte contre les actes de violence et d'abus sexuels perpétués à leur encontre, je vous propose des photos de plateau - pas les miennes - du film de Xaviers Beauvois, tourné en 2016 : "Les Gardiennes". Ce long métrage constitue un hommage appuyé au courage de celles qui ont dû lutter jusqu'au bout de leurs forces pour faire vivre ceux qui restaient au pays alors que les hommes valides mourraient en nombre lors de cette atroce "boucherie" guerrière de 14-18.

 

 

Les principales actrices du film étaient Nathalie Baye, Laura Smet et Iris Bry mais je n'oublie pas les nombreux figurants locaux qui ont participé à la réalisation de cette œuvre. Ces clichés ont été pris lors du tournage effectué à Montrol-Sénard et ses environs, en Haute-Vienne. Ce ne sont que des photos de photos de plateau exposées dans la salle située à proximité de la mairie de cet adorable village (prochain article à venir).

 

Vous m'excuserez pour leur qualité très moyenne, je n'en doute pas. Si cet article soulève des protestations de la part des auteurs des originaux je le supprime immédiatement, mais ce serait dommage tant ce film constitue un témoignage et un magnifique hommage rendu aux femmes et en particulier à celles de la ruralité au début du siècle dernier.

 

Bien amicalement à vous et tout particulièrement à vous toutes.

 

Michel

 

_____

 

 

N'oubliez pas de cliquer sur les clichés pour les voir dans une taille confortable.

 

 

______

 

Musique sur Deezer : Edgar Moreau (cello) - Strohl - Great Dramatic Sonata

 

Les Gardiennes
Les Gardiennes
Les Gardiennes
Les Gardiennes
Les Gardiennes
Les Gardiennes
Les Gardiennes
Les Gardiennes
Les Gardiennes
Les Gardiennes
Les Gardiennes
Les Gardiennes
Partager cet article
Repost0

L'enfance

Publié le par Michel Carlué

 

En Noir et Blanc

L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
Partager cet article
Repost0

Pierre de Vallombreuse - Photographe

Publié le par Michel Carlué

 

Suite à un article approfondi consacré à ce photographe très talentueux dans le magazine "Réponses Photo" j'ai contacté Pierre de Vallombreuse. Je lui ai demandé il y a de cela plusieurs mois si je pouvais publier un petit article sur mon blog afin de faire profiter mes abonnés de ses clichés exceptionnels. N'ayant pas reçu de réponse de sa part je réagis comme une personne dans l'attente d'un permis de construire pour l'installation d'un abri de jardin ou d'une véranda, l'absence de réponse de la municipalité concernée prend alors valeur d'acceptation. :-) :-)

 

_______

.

 

 

Le texte ci-dessous, fort bien rédigé et documenté, est extrait de Wikipédia

 

Au contact de Joseph Kessel, ami de ses parents, Pierre de Vallombreuse ressent très tôt l’envie d’être un témoin de son temps. En 1984, il rentre à l’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD) de Paris avec l’idée de faire une carrière de dessinateur de presse.

Un voyage, l’année suivante, va bouleverser le cours de sa vie et déclencher sa vocation de photographe. À Bornéo, il partage le quotidien des Punan, derniers nomades de la jungle. D'artiste sédentaire, Vallombreuse décide de devenir un témoin nomade, et la photographie devient son mode d’expression. Aux Philippines il vivra dans la jungle avec les Palawan plus de deux ans. Une première partie de son travail sur cette ethnie est présentée lors du prestigieux festival photographique, les Rencontres d'Arles, en 1989.

Pierre de Vallombreuse a été secrétaire général de l’association Anthropologie et Photographie (université Paris VII) fondée par Jean Duvignaud, Emmanuel Garrigues, Jean Malaurie et Edgar Morin.

Il collabore régulièrement avec de grands magazines internationaux : GEO (France, Russie, Allemagne, Espagne, Corée, Japon), le Monde, Newsweek, El Mundo, El País, La Stampa, l’Illustré, Lo Specchio, Le Monde 2, Le Figaro Magazine, Sciences et Avenir, Photo, Terre Sauvage, Grands Reportages…

 

_____

Pierre de Vallombreuse - Photographe
 

 

De 2007 à 2012, Pierre de Vallombreuse réalise son projet, Hommes racines, sur des peuples qui entretiennent un lien viscéral à leurs terres. Se déployant sur cinq ans, ce parcours représente son engagement auprès de onze peuples autochtones répartis dans le monde entier. Si la vocation principale du projet est de montrer la relation intime qui lie l’homme à son environnement, c'est aussi un témoignage de la diversité des modes de vie, des pratiques et des savoirs traditionnels qui s’inscrivent dans des milieux très différents. Ces cultures sont dépositaires de savoirs essentiels à la préservation de la biodiversité. Ce parcours souhaite promouvoir une réflexion sur l’humanité dont le corollaire est la protection de la nature. En effet, les peuples autochtones sont souvent les premières victimes des désastres écologiques : déforestation, réchauffement climatique, pollution, guerre de l’eau, autant de questions cruciales qui, loin d’être locales, concernent l'humanité.

À chaque fois lié à un peuple spécifique, le parcours souligne la multiplicité des réponses aux conditions de vie imposées par la nature et l’histoire. C’est dans ce contexte qu'il aborde la notion de racine. En rencontrant des peuples solidement ancrés dans leur territoire et d’autres ayant été soumis à l’épreuve du déracinement, Hommes racines dessine les profondes mutations qui affectent notre modernité. Parmi la dizaine de communautés, Vallombreuse a observé les chasseurs gwitchin, qui ont protégé leur réserve faunique arctique de l'industrie pétrolière, ou les Hadzabe de Tanzanie, cueilleurs décimés par l'alcool.

Depuis 2007 à 2012, ce parcours a donné lieu à une dizaine d’expositions et de nombreuses publications. Les photos de Vallombreuse se caractérisent par la profondeur de leurs panoramiques en noir et blanc.

 

______

 

A bientôt

 

N'oubliez pas de cliquer sur les clichés pour mieux les mettre en valeur.

 

Michel

 

___

Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe

 

 

Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe

 

 

Pierre de Vallombreuse - Photographe

 

 

Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe
Pierre de Vallombreuse - Photographe

.

 

Partager cet article
Repost0

Fête intergénérationnelle à Limoges

Publié le par Michel Carlué

 

Dans le cadre du Jardin de l'évêché

 

A l'initiative de la Drac Nouvelle Aquitaine, du Rectorat de Limoges, de la Ville de Limoges et avec la participation des écoles primaires Jules Ferry et du Roussillon, des lycées Suzanne Valadon et Renoir, des EPAD dont j'ai oublié les noms, des élèves en section danse au Conservatoire de Limoges et des CCSM de Limoges.

 

Cette manifestation sympathique et conviviale a nécessité de longs moments de préparation. J'ai pu réaliser quelques photos que je présente ici avec toute la prudence nécessaire lorsque l'on expose des images de personnes sur le net sans avoir demandé leur permission. Les temps sont durs pour les photographes, elle est loin l'époque où l'on pouvait immortaliser tout à loisir les activités, les comportements sociaux ou les attitudes de nos semblables. Que devient la photographie dite "humaniste", est-il encore possible de pratiquer la "street photography" (pour faire snob) ? Faut-il jeter à la décharge son matériel photo pour se consacrer à la pêche à la ligne ou à la pétanque ? 

 

Je laisse à votre disposition ci-dessous quelques considérations juridiques concernant le Droit à l'Image en essayant de me persuader que les photos présentées dans le cadre de cet article ne constituent pas un délit au regard de la loi. Si je suis poursuivi en justice vous viendrez me voir et m'apporterez des oranges en hiver, des fraises au printemps, des brugnons en été sans oublier les châtaignes grillées à l'automne.

 

C'est tout ce que je vous demande. Ah si, j'oubliais : pensez à cliquer sur les photos au format paysage. :-)

 

Remerciements anticipés

 

Michel

 

___

 

 

 

 

Bien cordialement à vous

 

A très bientôt

 

__

 

Musique : Loutcha  -  Tchavolo Schmitt

 

______

 

 

 

Texte extrait de Droit à l'Image

 

 

Bien plus connu que le droit à l'image des biens, le droit à l'image des personnes prend une part importante dans notre société, part qui ne cesse de grandir depuis l'apparition des médias. 
Il est acquis par toute personne sur son image, dans le cas par exemple où celle-ci est utilisée par un tiers. Ce droit permet avant tout à celui dont l'image est utilisée de refuser sa diffusion pour une situation donnée et un support donné.

 

Le principe est : qu'il est nécessaire de recueillir le consentement d'une personne préalablement à la diffusion de son image. Cependant il existe des exceptions et cas particuliers selon le contexte. La difficulté à déterminer les limites entre vie privée et vie publique et entre droit à l'information et respect de la vie privée rend l'application de ce droit très complexe. Voici donc un aperçu non-exhaustif des cas possibles et des droits qui y sont rattachés.

 

La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres.

 

_____

 

 

Cependant, la jurisprudence émet plusieurs réserves :

 

  1. Il ne faut pas individualiser un ou quelques sujets, et la publication ne doit pas excéder les limites du droit à l'information.
  2. Pour ce qui est de l'individualisation, la jurisprudence rappelle que « nul n'a le droit d'individualiser une personne d'un groupe sans son consentement ». La personne est dite individualisée si elle est le sujet principal de l'image et si elle est reconnaissable.
  3.  
  4. Cela pose aussi problème lorsque l'image est détournée de son objet, c'est à dire qu'on l'utilise à d'autres fins pouvant nuire à la personne photographiée. Pour exemple une photo de touristes utilisée pour illustrer un article protestant sur la tenue négligée des touristes français à l'étranger.
  5. Il y a atteinte au respect de la vie privée. D'un cas à l'autre, les jugements ne sont pas toujours cohérents. Jugée illicite, la photographie d'une personne participant à une manifestation homosexuelle, mais jugée licite, la photo d'une personne priant dans une synagogue.
  6. L'image est utilisée à des fins commerciales ou publicitaires.

 

_______

 

  1.  
  2. Dans le cas des évènements d'actualité et de manifestations publiques
  3.  
  4.  
  5. On s'appuie sur les mêmes principes. Une photographie peut être publiée sans l'autorisation des personnes à condition de ne pas dépasser les limites du droit à l'information. Ce principe a été clairement posé par les tribunaux : si l'autorisation devait être systématique, toute publication de photo de foule ou manifestation publique pour illustrer un reportage serait impossible. La jurisprudence est sans cesse balancée entre droit à l'information et droit à l'image, ce qui crée des incohérences dans les jugements. Mais depuis quelques années, de plus en plus de procès sont intentés par des particuliers demandant réparation suite à la publication de leur photo à l'occasion d'un événement d'actualité ou d'une manifestation publique. Et il semble que la tendance soit plutôt à favoriser le droit à l'image, soit à donner raison aux particuliers.
  6.  

______

 

 

Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges
Fête intergénérationnelle à Limoges

-

 

Fête intergénérationnelle à Limoges
Partager cet article
Repost0

L'enfance

Publié le par Michel Carlué

 

En noir et blanc

 

__

 

Cliquer sur les clichés pour mieux les voir

 

__

 

Cordialement

 

__

 

Michel

L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
Partager cet article
Repost0

L'enfance

Publié le par Michel Carlué

 

Attitudes
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance
L'enfance

Publié dans Humains, Photographies

Partager cet article
Repost0

Paris - Montmartre

Publié le par Michel Carlué

 

Premier élément d'un très agréable séjour à Paris. Un grand merci à nos deux guides très pointues sur le sujet et à la générosité débordante. La première journée de visite fut grisailleuse. Je m'en suis accommodé facilement car je préfère les lumières douces aux éclairages brutaux et aux ombres dures.

 

La Butte Montmartre, son Sacré cœur et l'ensemble du quartier Montmartre sont d'un grand intérêt historique et génèrent un fort pouvoir d'attraction touristique. Certains clichés pris en intégrant les escaliers et les pelouses du square Louise Michel sont révélateurs à cet égard. Le Sacré Cœur est ce qu'il est, c'est-à-dire une œuvre architecturale à fortes connotations politiques et pas forcément de celles qui me plaisent le plus.

 

--

 

"La construction de la basilique du Sacré-Cœur est fréquemment associée aux événements de la Commune de Paris, et on trouve dans des documents officiels et des ouvrages d'universitaires, la thèse selon laquelle elle aurait été construite pour « expier les crimes des communards ».

 

Selon Wikipédia

--

 

Mais laissons tomber ces considérations au goût amer pour ne considérer que le charme d'un quartier de Paris dont on découvre, en s'aventurant un peu au delà des grands rassemblements de foule, des rues au charme villageois, des escaliers sublimes, des petits espaces verts pleins de poésie où flotte l'âme des artistes qui les ont fréquentés.

 

_

 

Musique du film "Ascenseur pour l'échafaud"  (Miles Davis à la trompette)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Paris au mois de Juillet

Publié le par Michel Carlué

 

De la Place Vendôme à la Porte Dorée, du 1er au 12ème arrondissement, voici quelques aspects de cette ville magique, superbe, intemporelle, photographiée par un mois de juillet très lumineux. 

 

 

Bien cordialement à vous qui passez par là. N'oubliez pas de déposer un petit message en bas de l'article si vous en avez envie ou que vous disposiez d'un peu de temps, ça me fera énormément plaisir et m'encouragera à faire avancer "Regards".

 

A bientôt

 

Michel

 

 

Music : Paris in Love - Fynn Deezer Editor

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

En 1995 en Haute-Savoie, la montagne en argentique

Publié le par Michel Carlué

 

C'était en 1995, en Haute-Savoie, à Morzine. L'appareil photo était un Olympus OM2N équipé d'un zoom Tamron SP 28-90mm. Les pellicules utilisées étaient le plus souvent des Fujicolor Superia 200 ASA. Le scanner à film était un Nikon Coolscan V ED.

 

En 1995 nous n'étions pas à la préhistoire de la photographie, cependant les choses ont beaucoup évolué depuis. Les appareils et les pellicules argentiques ne sont plus guère utilisés.  A titre personnel j'apprécie le grain et la chromie de ces photos (Fujicolor). Des photographes pertinents et expérimentés recherchent et aiment ces rendus particuliers. Ils leurs restent fidèles. D'autres, beaucoup plus jeunes, lassés par la perfection froide du numérique, reviennent vers les techniques argentiques. D'ailleurs la plupart des logiciels de retouche de fichiers numériques (Lightroom, DXO Film Pack) s'évertuent à singer le rendu des différentes pellicules argentiques qu'elles soient en négatifs (noir et blanc ou couleur) ou traitées en inversibles (diapositives). On y retrouve des options telles que l'ajout du grain des films les plus connus ainsi que le rendu des couleurs et des contrastes qui leur est spécifique, traitement croisé, etc...) 

 

Cordialement à vous

 

Amitiés virtuelles ou pas

 

Michel

 

____

 

 

Ps : pour ceux qui connaissent bien la Haute-Savoie vous reconnaitrez :

- le col de la Golèse

- Les Cornettes de Bise

- le col de Cou

- Graydon

- le Mont de Grange

- la vallée glaciaire et le cirque de Sixt-Fer-à-Cheval

 

 

___

 

 

Music : Tchaikovsky, Sibelius -  Direction d'orchestre Daniel Baremboim

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Melting Phot - 4

Publié le par Michel Carlué

 

En fouillant dans les archives d'un photographe peu connu mais génial ! :-) 

 

Je sais qu'il est très indiscret de musarder sans scrupules parmi la collection de clichés d'un photographe sans même lui demander sa permission et celle des personnes photographiées. Monsieur X s'est absenté pour un assez long voyage et j'en ai lâchement profité pour espionner sournoisement son travail via son ordi. J'en ai même ajouté une couche en partageant ses oeuvres sur mon blog ! Tant pis, je prends les risques d'être poursuivi en justice à la fois par le photographe et par ses modèles, ça craint un peu ! J'ai pu constater en vérifiant les dates que les clichés datent de 2006, il n'y a pas encore prescription, mince !

 

Bien cordialement

 

Vous m'apporterez des oranges en maison d'arrêt, je compte sur vous.

 

Michel

 

 

Moquerie oblique

 

 

Soucieux

 

 

Avis de tempête

 

 

Fratrie

 

 

Star

 

 

Lecture en double

 

 

Cyclope

 

 

Glamour

 

 

Lecture cool

 

 

Mec à lunettes

 

 

Publié dans Humains, Photographies

Partager cet article
Repost0

Gilles Clément

Publié le par Michel Carlué

 

 

 

Gilles Clément ou la vie d'un jardinier planétaire

 

par

 

Dominique Delajot

 

dominique.delajot@centrefrance.com

 

Recherche iconographique : m.carlue@free.fr

 

 


 

 

La Vallée aux pa­pillons est un paysage. Un lieu d'enfance où Gilles Clément, petit, allait observer les insectes. C'est là, sans doute, qu'a germé l'idée d'un éternel port d'attache. Un lieu néces­saire pour un écrivain voyageur.

 

La Vallée, c'est un bijou sur les rives de la grande baignoire du lac d'Éguzon, là où il plon­ge volontiers et se lave comme dans sa salle de bain. Gilles Clément a bâti sa maison à proximité de Crozant, dans la Creuse. Elle reste le foyer d'un homme plané­taire. Une fois l'ouvrage achevé, il a fermé la porte et il est parti faire le tour du monde.

 

Jardinier, paysagiste, hu­maniste, écrivain, il sem­ble tisser une toile autour d'une terre qu'il ne cesse de parcourir encore aujourd'hui. Il s'y promè­ne sur cette planète, il ob­serve et puis il rentre à la Vallée. Sur tous les terri­toires il sème ses projets comme des graines, plante ses réalisations toujours avec la même envie.

 

Gilles Clément est un pé­dagogue. Un passeur de savoir, un sage pour qui l'essentiel n'est sans doute pas dans la démonstra­tion, mais dans la lenteur de l'apprentissage. C'est une évidence, l'essentiel est dans la découverte et le partage. Le paysagiste est resté un entomologiste toujours émerveillé.

 

Oui il s'émerveille com­me à son plus jeune âge. Il prend un scarabée doré entre ses doigts, il semble regarder un bijou. La Val­lée aux papillons fut pour de nombreux étudiants un terrain d'étude.

 

Gilles Clément ne sort pas dans son jardin, il en­tre à l'extérieur, et souvent avec un sécateur à la main. Avec cet outil il cou­pe comme on gomme cer­tains traits d'un dessin ja­mais achevé, il coupe sans forte application, juste pour « dégager un peu le passage ». Il ne peste même pas contre les ron­ces envahissantes. Il allège un arbre de quelques branches mortes, tire sur la tige d'un liseron. Bien sûr il y a des tâches qui demandent plus d'énergie, mais celle-là doit être ré­gulière.

 

Et Gilles Clément écrit. La plupart du temps il écrit sur son carnet, un carnet souple. Le compa­gnon obligé quand on va de pays en pays. À l'inté­rieur : des paragraphes bien ordonnés, des fragments littéraires qui com­posent une oeuvre. Un jar­din de mots, un paysage d'histoires, un monde de poésie et à l'écouter on finit par être persuadé que tous les jardiniers sont philosophes.

 

La diversité de la biblio­graphie est grande : essais, romans... Elle tient de la richesse d'une prairie pai­sible où l'on aime se po­ser. L'homme apprécie l'usage mesuré des mots. Il arpente les langues avec délectation.

 

Du mot, il en a fait un objet essentiel dans son li­vre Thomas et le voyageur. « L'usage des mots finit par épuiser leur conte­nu », dit Thomas dans ce livre de référence.

 

Y a-t-il une similitude entre le paysage et le mot ? « En indonésien le mot paysage n'existe pas. »

 

Pour parler d'écriture, l'écrivain évoque le de­hors. Un saut intellectuel ? Non, un cheminement. Comme celui d'une vie qui a commencé tout petit avec les insectes. « Ce sont les insectes qui m'ont amené aux plantes. » « J'ai toujours été en retard sur tout. J'ai fait les choses en décalage. »

 

En fait, Gilles Clément a toujours pris son temps. Quand il a quitté sa maison une fois achevée, il devait partir quelques jours. Il est parti deux ans. •

 

Le calme et la lenteur n'empêchent pas la sur­prise. Lui-même souffri­rait de ne plus jamais être étonné. Mais la surprise, elle est aussi dans ses écrits. À tel point qu'il a eu du mal à convaincre les éditeurs avec son dernier manuscrit où il est ques­tion de Dieu, Robert de son vrai nom. Un futur li­vre dans lequel au travers de personnages très parti­culiers, un problème ma­jeur pour l'humanité se dessine.

 

2016 devait être une an­née de repos. Mais un re­pos très actif dont, entre autres, un travail avec l'as­sociation Les Mille Univers à Bourges. Les Mille Uni­vers : un nom qui lui va à merveille. Il rencontre des enfants et les habitants d'un quartier. Il explique le jardin en mouvement, le jardin planétaire.

 

Invité aux plus grandes tables, il en sourit et con­tinue de dessiner des jar­dins. Gilles Clément écrit la terre, cette terre qui parfume et inspire la main du jardinier-écrivain. 

 

 

_______

 

 

Quelques exemples de réalisations

 

 

 

Jardin des orpins

Jardin des orpins - Saint-Nazaire - Base sous marine

 

 

Cité modèle de Laeken - Bruxelles

 

 

Parc André Citroën

Parc André Citroën - Paris

 

 

Jardin du musée du quai Branly

Jardin du musée du quai Branly - Paris - Photo : Yamauchi Tomoki

 

 

Serres Parc André Citrën

Serres du Parc André Citroën - Paris

 

 

Parc Matisse - Lille

Parc Henri Matisse - Lille - En son centre, l’Ile Derborence fait référence aux forêts primaires des Alpes suisses, vierges de toute intervention humaine.

 

 

Parc Henry Matisse - Lille

Parc Henri Matisse - Lille - Photo : Yamauchi Tomoki

 

 

E.N.S. Lyon Lettres

Ecole Normale Supérieure Lyon (Lettres)

 

 

Hôtel d'Evreux - Paris

Hôtel d'Evreux - Paris

 

 

Jardin de la DRAC - Saint-Denis de la Réunion

Jardin de la Drac - Saint-Denis de la Réunion

 

 

Vulcania - Jardin de la faille Puy de Dome

Vulcania - Jardin de la faille - Puy de Dôme

 

 

Jardin de l'Arche de la Défense - Paris

Jardin de l'Arche de la Défense - Promenade des Gunneras - Paris

 

 

Abbaye Cistercienne de Valloires

Abbaye Cistercienne de Valloires - Le Riverel reconstitué

 

 

Blois - Jardin des Simples

Blois - Jardin des Simples

 

 

Gilles Clément dans son jardin

Gilles Clément dans son jardin - Photo : Yamauchi Tomoki

 

____

 

Quelques repères

 

1943. Naissance à Argenton-sur-Creuse (Indre).

1967. Formation d'ingé­nieur horticole.

1969. Formation de paysa­giste.

1977.Il s'installe à Crozant dans la Creuse au bord du lac d'Éguzon.

1979. Professeur à l'École nationale supérieure de paysage de Versailles.

  1. Première publica­tion du concept du jardin en mouvement issu d'une pratique effectuée dans son propre jardin en Creu­se. Il y aura quatre réédi­tions de l'ouvrage.
  2. Inauguration du parc André Citroën.

1997. Publication de Tho­mas et le voyageur, esquis­se du jardin planétaire.

1999. Exposition "Le jar­din planétaire" à La Gran­de Halle de La Villette.

2004. Publication du ma­nifeste du tiers paysage.

2006. Publication de La Sagesse du jardinier.

2009. Publication du livre Le Salon des berces.

 

_____

 

Un être global

 

Professeur à l'École nationale supérieure de paysage de Versailles, Gilles Clément a signé de nombreux jardins en France - dont le musée du quai Branly - mais aussi partout dans le monde. Bien sûr, il a écrit sur les concepts qu'il a élaborés : le jardin planétaire, le jardin en mouvement, le tiers paysage. S'il est le plus connu des paysagistes français, il occupe aussi une place importante dans la littérature d'aujourd'hui. Sensible, ciselée, engagée, son écriture ressemble à ce qu'il est. Paru en 2010, Le Salon des berces raconte l'histoire de cette maison dans la Vallée aux papillons, puisque c'est là, qu'enfant, il venait observer les insectes. Il y séjourne six mois dans l'année. Ces livres sont souvent des quêtes initiatiques - Thomas et le voyageur, La Dernière Pierre... Le prochain est attendu avec impatience. L'observation du monde, de la nature, des animaux, des hommes lui a fait construire une œuvre globale.

 

_____

 

 

La maison de Gilles Clément à Crozant,  en Creuse

 

La Maison de Gilles Clément à Crozant dans la Creuse

Partager cet article
Repost0

Où la philo mène

Publié le par Michel Carlué

Le Populaire du Centre

Dimanche 13 novembre 2016

 

 

 

 

À ceux qui ont pu le regarder comme un grand naïf avec ses histoires de joie et de bonheur, le philosophe Frédéric Lenoir répond sans le vouloir avec son dernier livre, né d'ateliers philo avec des enfants. Et ça cogite fort sous les petits crânes !

 

INTERVIEW

 

Florence Chédotal

florence.chedotal@centrefrance.com

 

 

Puisque nous sommes à quelques enjambées de Noël, autant débuter par cette réflexion édifiante d'un petit garçon de 9 ans, afin d'en informer les parents (le Père Noël, on voulait dire...) : « J'aime pas quand je dis : "je veux ça" et que ma mère me l'achète. Je préfère attendre un peu pour l'avoir. Parce que si on a tout de suite tout ce qu'on veut, on n'est jamais content ». Le philosophe, historien des religions et sociologue Frédéric Lenoir, aux allures de vieux sage, a mené durant un an des ateliers de philosophie et de méditation avec des enfants en France, en Belgique, au Canada... pour les faire réfléchir au bonheur, à la mort, au sens de la vie... Et en a fait un livre, Philosopher et méditer avec les enfants (*).

Les enfants semblent témoigner d'une aptitude étonnante à philosopher... Totalement. Ils ont un questionnement métaphysique très intéressant, une grande capacité à problématiser. il suffit de respecter quelques règles de base. Si tous les enfants philosophaient, le monde pourrait changer. Cela donne de l'espoir.

Quelles règles de base ? Ce n'est pas un cours de philo comme en terminale. L'adulte se présente comme quelqu'un qui va réfléchir avec eux. On se met en cercle. Il faut faire en sorte qu'ils répondent toujours par des arguments, pas seulement par des émotions. C'est le seul espace où ils peuvent s'exprimer ainsi, dépasser la simple performance, parler de la mort, du sens de la vie... des thèmes rarement abordés. Ils sont heureux de comprendre la différence entre une émotion et un sentiment, entre le bonheur et le plaisir. Ils adorent nommer ce qu'ils ressentent.

Vous débutez par votre notion favorite, le bonheur. Oui, ça les met en confiance. Ils ont plein de choses à dire sur ce thème. Parfois, on croit entendre du Sénèque ou du Montaigne ! Montaigne qui disait dans ses Essais qu'il fallait débuter la philosophie dès la nourrice ! Il exagère.

C'est quoi l'âge idéal ? La capacité d'abstraction arrive vers 6/7 ans. Ils théorisent mieux, ils arrivent à s'extraire du simple ressenti. À partir du CE1, ces ateliers marchent très bien.

Méditer consiste en quoi exactement ? Cela fait 33 ans que je pratique moi-même la méditation. Je lai découverte à 20 ans en Inde chez les lamas tibétains. Il faut laisser passer les pensées sans chercher à les retenir, revenir au corps, à la respiration.

Vous avez aussi tenté la méditation avec les enfants, ce qu'on ne penserait pas inné chez eux... Je les croyais aussi trop petits, c'est déjà difficile pour un adulte. Les enseignants me parlent d'une génération d'enfants agités, stressés. Lors des ateliers, on ferme les yeux, on pose les mains. Contre toute attente, ils sont capables de rester longtemps dans cet état d'intériorité Chaque matin, je médite entre 10 et 30 minutes. Je commence ma journée dans le calme intérieur, ce qui me permet de mettre de la distance ensuite. Je me dis juste "tiens, la colère arrive".

Certains vous reprochent votre côté bienheureux dans le chaos... Plus le monde est malheureux plus il faut des gens heureux Notre malheur ne changerait rien. Au contraire, la joie est une puissance vitale. Et puis, le monde n'est pas si malheureux que ça. Je voyage beaucoup et il y a dans ce monde des milliards d'individus qui vont bien, même s'il y a aussi de la souffrance. Le spectacle médiatisé du monde, servi par les chaînes d'info continue, donne un climat anxiogène.

C'est quoi une vie réussie ? Les enfants disent que c'est faire ce qu'on aime, tout en faisant du bien aux autres. Je trouve cela merveilleux. Je suis de plus en plus rousseauiste, persuadé qu'il y a quelque chose de bon en l'Homme qui ne demande qu'à s'exprimer, s'il n'y a pas d'interférence négative. Les enfants aspirent au bonheur et à l'altruisme. Ne dit-on pas que la vérité sort de leur bouche ? 

___________________________________________________________

 

(*) À lire. Philosopher et méditer avec les enfants (avec un CD), par Frédéric Lenoir, Albin-Michel, 272 pages, 19,90 €. Frédéric Lenoir a créé la fondation SEVE, Savoir être et vivre ensemble (www.fondationseve.org), pour fédérer et former des personnes.

 

___

Publié dans Humains, Insolite

Partager cet article
Repost0

Un air coquin

Publié le par Michel Carlué

 

Libres Propos

 

Claude Sérillon

 

Un air coquin

 

Le Populaire du Centre - Samedi 12 novembre 2016

 

 

 

 

Stupeurs et tremblements. Menson­ges et victoires. Exemplaires ou pré­monitoires.

 

À court d'idées, faute d'avoir en­visagé l'actualité telle qu'elle s'est faite, outre-Atlantique, telle qu'elle est possible ici bientôt si l'on n'y prend pas garde, l'envie d'aller voir ailleurs est grande.

 

Les marins partis des Sables d'Olonne sur leurs voiliers à tra­vers les océans se sont mis à l'abri de toutes les peurs urbaines et des mauvais présages.

 

Alors prendre le train, aller mar­cher le long d'un cours d'eau, d'un canal où le vent souffle des risées en poussant les canards. Mettre la tête en l'air vers les pas­sages d'un soleil en train de jouer avec l'infini comme un grand gos­se qui s'amuse à bousculer des fourmis besogneuses.

 

S'arrêter ce jour-là au bord de l'hiver et lui trouver un air coquin. Les arbres se déshabillent sauf quelques pudiques. Le nu est de rigueur.

 

C'est le défi à l'envers des habi­tudes douillettes, contre la saison dite mauvaise mais dont il est pourtant de bon augure d'y voir une invite sensuelle à la caresse des écorces, au frôlement tendre des fleurs résistantes. C'est le mo­ment de la complicité terrienne.

 

D'ici le 25 novembre (veillez aux Catherine!), plantons, ramassons, entassons, calfeutrons. Les jardineries sont des refuges bienvenus où l'on se précipite en achats des­tinés à remplir l'avenir des yeux et des nez. En se laissant découvrir telle une amante sûre de son désir la nature fait fi de nos angoisses immédiates et promet des lende­mains jolis.

 

Seuls les cimetières en ce mo­ment éclatent de couleurs magni­fiques. Entre Toussaint et cérémo­nies du souvenir, on devrait bien comprendre que le temps pousse un à un tous les faits d'Histoire, même les plus terribles, et les ren­de dérisoires.

 

Ce qui ne doit cependant pas nous empêcher d'être vigilants en faisant le tri entre le bon grain et les charlatans. L'amplification médiatique démontre chaque soir, chaque matin, sa nocivité. Alors, vite, lisons, comparons, appre­nons en prenant le temps qu'il faut. Rien n'est plus dangereux que de se laisser séduire par la ru­meur et le spectaculaire.

 

L'hiver précède le printemps mais chacun a son rôle. Battre la campagne en insultant l'adversai­re puis aller lui serrer la pogne en se félicitant de pouvoir travailler avec lui en dit long sur la solidité du langage électoral.

 

Quelquefois on se réveille trop tard. Les Anglais victimes du Brexit en conviennent à présent. Les Américains ne vont pas tarder à le constater. Et les Français de­main... ■

Partager cet article
Repost0

Le pire n'est jamais sûr

Publié le par Michel Carlué

Libres Propos

 

Claude Sérillon

 

Le pire n’est jamais sûr

 

Le Populaire du Centre - Samedi 5 novembre 2016

 

 

 

 

Sachant que la catastrophe que l'on prédit et qui finit par arriver n'est jamais ceile à laquelle on s'est préparé, sachant que le pire n'est jamais sûr et que, par ces temps de chrysanthèmes, nos songes pren­nent des allures grises déprimantes, on peut effectivement annoncer que Trump, Poutine et Marine Le Pen seront bientôt ensemble.

 

Ensemble avec leur homologue chinois pour diriger le monde tandis que le Turc Erdogan s'occu­pera de la presse, c'est sa spéciali­té.

 

En détail, ce cauchemar cousin de Docteur Folamour (film de Stanley Kubrick) peut se dévelop­per en séquences de guerres froi­des et chaudes, en repli derrière des murs, en affrontements ma­chistes et en extinction de toute contestation.

 

La tendance politique occidenta­le porteuse de démocratie et de progrès est fragile. Nombre de pays de l'Union européenne sont prêts à renier les avancées des droits des femmes, à se barricader contre tout ce qui n'a pas la même couleur de peau ou les mê­mes modes de vie.

 

Aux Etats-Unis comme en Euro­pe, en Asie comme en Amérique du Sud et, paradoxalement, peut-être moins en Afrique, se dessi­nent des choix électoraux à l'op­posé d'une humanité généreuse.

 

Est-ce la peur démographique (nous sommes 7,3 milliards et bientôt 9 dans les décennies à ve­nir) ? Est-ce la vision permanente sur tous les supports numériques de violences extrêmes? Est-ce le signe d'une société mondiale en train de bouleverser les grands équilibres du passé ? Nous avions pris l'habitude d'être dominants et voilà que la réalité sociale s'im­pose, qu'un rééquilibrage est ur­gent.

 

Les discours (et les actes pour certaines) des personnes citées plus haut ne doivent pas être cari­caturés mais combattus. Ils trans­portent des mensonges et des illusions. Et plus c'est gros, plus ça passe. Le pire est attirant parfois. En flattant les peurs, en encoura­geant les replis sur un passé qui aurait été bien meilleur que le présent, de plus en plus de mou­vements politiques ou religieux savent qu'ils jouent gagnants. Les foules sont terribles quand elles s'affranchissent du droit et de l'écoute attentive des autres. Il suffit alors de quelques leaders habiles et riches.

 

Heureusement, il y a aussi un monde généreux, bienveillant et plein d'initiatives. Il est plus dis­cret, moins spectaculaire et donc à ce titre le plus souvent absent médiatiquement. C'est la résistan­ce tranquille (parfois joyeuse) des citoyens. Ceux qui se persuadent chaque jour qu'il y a possibilité d'agir pour vivre mieux ensemble.

 

Je reprendrai le titre du dernier livre de Jean Teulé : Comme une respiration»...

Partager cet article
Repost0

Automne à Ambazac - Domaine de Muret

Publié le par Michel Carlué

 

Petite balade automnale à Ambazac, au milieu d'un environnement naturel remarquable, en compagnie d'un petit bonhomme que j'affectionne tout particulièrement. C'est chouette les vacances !

__

 

"Acquis par la municipalité et réhabilité dans les années 80, cet ancien domaine agricole de 35 hectares est aujourd'hui devenu une vitrine d'Ambazac et un centre de loisirs et d'hébergement apprécié.

Equitation, pêche, tennis, squash, randonnées, restauration et hébergement... nous avons tout pour vous accueillir au Domaine de Muret, dans un cadre exceptionnel !"

 

Lien : Office de Tourisme des Monts d'Ambazac

 

__

 

Je vous conseille vivement le système de visualisation très pratique disponible sur cette nouvelle version d'Overblog. Cliquez sur la première photographie pour la voir isolée et en grand. Faire ensuite défiler les autres à l'aide des flèches de déplacement disponibles sur votre clavier ou des flèches de défilement qui apparaissent sur les clichés agrandis.

Un commentaire, aussi court soit-il, me ferait vraiment plaisir. La zone de dépôt est située en bas de l'article, juste après les photos. Déposez, déposez, ça vous allègera !

N'hésitez pas à formuler vos avis.

 

--

 

I highly recommend the handy visualization system available in this new version of Overblog. Click on the first image to view isolated and big. Do then scroll through the other using the arrow keys available on your keyboard or scroll arrows that appear on enlarged images.


A comment, short as it is, would really make me happy. The deposit area is located at the bottom of the article, just after photos. Drop, drop, it will lighten you!


                                        Feel free to express your opinions.

 

__

Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Automne à Ambazac - Domaine de Muret
Partager cet article
Repost0

Portraits non posés en noir et blanc

Publié le par Michel Carlué

 

Pour changer des vieilles pierres voici une jeune pousse...

 

_____

 

 

Bien cordialement à vous 

 

Michel

 

___

 

Je vous conseille vivement le système de visualisation très pratique disponible sur cette nouvelle version d'Overblog. Cliquez sur la première photographie pour la voir isolée et en grand. Faire ensuite défiler les autres à l'aide des flèches de déplacement disponibles sur votre clavier.

Un commentaire, aussi court soit-il, me ferait vraiment plaisir. La zone de dépot est située en bas de l'article, juste après les photos. Déposez, déposez, ça vous allègera !

N'hésitez pas à formuler vos avis.

 

--

 

I highly recommend the handy visualization system available in this new version of Overblog. Click on the first image to view isolated and big. Do then scroll through the other using the arrow keys available on your keyboard.


A comment, short as it is, would really make me happy. The deposit area is located at the bottom of the article, just after photos. Drop, drop, it will lighten you!


                                        Feel free to express your opinions.

 

Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc
Portraits non posés en noir et blanc

 

 

Publié dans Humains

Partager cet article
Repost0

Marché à Saint-Junien

Publié le par Michel Carlué

Escapade du samedi matin en compagnie des jeunes de l'Atelier Photographique de la Vallée de la Gorre.

 

Le marché de Saint-Junien constitue un espace urbain propice à de généreuses récoltes photographiques. Il est nécessaire d'y être discret et d'entamer aussi souvent que possible un dialogue avec les acteurs de la vie commerciale. Le fait d'expliquer ce qu'est l'Atelier photographique ne peut que simplifier les contacts et ouvrir le champ (visuel) des possibilités.

 

Comme à l'accoutumée je n'ai pas résisté à la tentation de prendre quelques clichés, histoire de me remettre en cause et de tester en grandeur nature la validité des conseils prodigués à nos apprentis photographes. Par exemple j'avais simplement oublié de régler la sensibilité de mon appareil à un niveau adéquat. Je photographiais en extérieur et en pleine journée ensoleillée à une sensibilité de 1250 ISO, oh la boulette ! 

 

Vous trouverez ici des clichés diversifiés comme le sont les possibilités offertes par le marché à Saint-Junien : des fleurs, des légumes, des fruits, des vêtements, des poissons, de la volaille, du pain, l'architecture d'une halle et bien évidemment des vendeurs et des acheteurs.

 

A la prochaine !

 

Michel

 

Toute personne se reconnaissant sur les photographies et s'opposant à la diffusion de son image me contacte. Je supprimerai immédiatement le cliché incriminé. Comme habituellement cliquez sur la première photographie et utilisez ensuite les flêches de défilement : c'est cool et efficace !

Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien
Marché à Saint-Junien

 

 

 

Publié dans Humains

Partager cet article
Repost0

Modèle peu docile

Publié le par Michel Carlué

 

Ce modèle est particulièrement mobile. Le cliché vous semble réussi mais vous vous trompez lourdement. L'indiscipliné a choisi de bouger au moment même où vous appuyiez sur le déclencheur. C'est le flop, la photo est ... ratée.

 

Vous seriez tenté de ligoter cet agité tel que le ferait un sioux après la capture de son ennemi au visage pâle. Mais non cela ne se fait pas ! Alors vous vous remettez à l'ouvrage, mais il est absolument impossible de retrouver une mimique, une attitude, une expression fugace qui vous avait particulièrement plu : frustré vous êtes !

 

Voici néanmoins quelques photos miraculeusement peu ratées.

 

 

Cliquez sur la première photo pour la voir en grand puis visionner ensuite les autres en utilisant les fléches de défilement de votre clavier.

 

Modèle peu docile
Modèle peu docile
Modèle peu docile
Modèle peu docile
Modèle peu docile
Modèle peu docile
Modèle peu docile
Modèle peu docile
Modèle peu docile
Modèle peu docile

 

 

Publié dans Humains

Partager cet article
Repost0

L'enfance - Uzurat - Toboggans, tourniquets et balançoires

Publié le par Michel Carlué

 

 

Uzurat est une zone de loisirs localisée au Nord de Limoges. Elle est équipée d'une aire de jeu pour les modèles réduits qui s'en donnent à coeur joie. 

 

 

 

 

Pbase MG 4706 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4712 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4718 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4727 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4741 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4732 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4733 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4734 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4735 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4743 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4744 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4748 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4770 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4794 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4805 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4816 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4817 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4827 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4834 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4837 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4839 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4844 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4843 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4851 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 4855 DxO

 

 

 

 

Publié dans Humains

Partager cet article
Repost0

Enfance - portraits - attitudes - 2014

Publié le par Michel Carlué

 

 

Quelques photos du mois d'avril 2014

 

 

 

 

Pbase MG 3620 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 3622 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 3625 DxO

 

 

 

 

Pbase MG 3628 DxObis

 

 

 

 

Pbase MG 3631 DxO

 

 

à suivre

 

 

Publié dans Humains

Partager cet article
Repost0

1 2 3 > >>