Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog photographique biodégradable

Regards

La Passerelle d'Holzarté

Nous y sommes !

 

Le cheminement d'une heure a été plutôt dur sur la fin. Nous avons perdu l'habitude des sentiers montagneux et notre condition physique n'est plus celle qu'elle était du temps - assez lointain - de notre jeunesse. Bref nous avons morflé en fin de parcours. Mais par contre l'effort était parfaitement justifié une fois atteint notre objectif. Cette passerelle est vraiment époustouflante, au dire des basques c'est la plus spectaculaire de toutes les Pyrénées françaises. Elle est suspendue à 150 m au dessus des gorges d'Olhadübi. Le paysage est vertigineux et l'impression de vide est très forte, sans avoir pour autant besoin de sauter à l'élastique ou en parachute.

 

Si j'emprunte les informations issues du petit fascicule que nous avons pu récupérer à Mauléon nous en apprenons beaucoup sur la passerelle, le but recherché en projetant sa construction et les moyens pour y parvenir.

 

"Exploiter le bois de la forêt d'Holzarte était chose très difficile, à double titre :

- d'une part, pour y accéder par la montagne, au prix de plusieurs heures de marche, en contournant obligatoirement les gorges sur 7 km;

- d'autre part, pour évacuer le bois jusqu'au bord de la route.

 

De nombreux bûcherons travaillaient dans cette forêt de hêtres et de sapins de bonne qualité. Ainsi vivaient les sabotiers, les charbonniers, les fabricants d'avirons. Une petite scierie construite au lieu dit "Amübi" transformait la matière première.

La Passerelle d'Holzarté

Le récit relaté en 1884 dans l'extrait de la Revue du Pays Basque et des Landes nous indique comment avait été vaincue cette difficulté d'accès et d'exploitation.

 

"Diverses solutions ont été tentées :

- Le descente des bois en écluses : rendu impossible par l'étroitesse de la gorge.

- La construction d'un pont : une corde est lancée en travers de la fissure pour former un va-et-vient, et ce premier pas n'a pas été des plus faciles... D'abord une ficelle est projetée, attachée à une balle de pistolet, mais elle s'est toujours rompue. Une poule à qui on a voulu confier le soin de la transporter, en la lui attachant à la patte, a toujours préférer revenir sur le bord d'où elle est partie. On n'a pu envoyer un cerf-volant car le vent suit toujours le sens de la vallée. Alors, on s'est décidé à laisser tout simplement descendre une corde de chaque côté, dans le torrent; un homme remontant dans le lit du gave depuis Laugibar, est allé nouer les deux bouts, non sans peine ... il a fallu laisser tomber dans le gave un long tronc d'arbre, garni de ses branches, pour franchir la cascade de 8 à 10 m se trouvant avant le confluent. Deux câbles sont ensuite tendus en travers du torrent, pour permettre de faire rouler sur des deux rails un chariot suspendu sur des poulies qui transportera les pièces de bois, les vivres et aussi les valeureux hommes qui voudront bien l'honorer de leur confiance..."

C'est ainsi qu'est "né" le premier pont, long de 67 m, suspendu à 150m au-dessus des gorges d'Ohladübi, pour accéder à la forêt d'Holzarte.

Restauré en 1920 par des bûcherons italiens, le pont suspendu d'Holzarte permet aujourd'hui une superbe randonnée pédestre.

 

Localisation des 2 gaves, de leur confluence et des gorges d'Olhadübi au dessus desquelles passe le pont suspendu

Localisation des 2 gaves, de leur confluence et des gorges d'Olhadübi au dessus desquelles passe le pont suspendu

_____

 

 

Photographies

 

Canon EOS R

Canon 24-105mm L I f/4 IS USM

DxO Photolab 3

Aurora HDR Pro

Affinity Photo dans certains cas (rares) où la retouche s'avère nécessaire.  

 

Cliquer sur les photos au format paysage pour les visualiser à leur taille optimale. Il est également possible de les visionner une à une, sur fond sombre, en utilisant les flèches directionnelles de votre clavier.

 

 

_____

 

  A bientôt

 

Amitiés

 

Michel

La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
La Passerelle d'Holzarté
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Yo 11/02/2021 13:56

S'il y a des situations où je trouve très difficile de faire des photos, c'est bien ce genre d'endroits : je n'arrive jamais à rendre le côté grandiose du panorama. Et bien là, je trouve qu'on le ressent bien, en particulier la photo qui montre le fond de la gorge, qui chez moi ne rend jamais rien du tout (heureusement que je me souviens de l'endroit où j'ai fait la photo, sinon...). Bravo donc, et avec pas mal de retard, bonne année ! Merci pour ces partages !

Yo 12/03/2021 18:12

Merci de tes conseils, Michel - que je vais mettre en pratique lorsque nous pourrons de nouveau explorer quelques gorges : le paysage ici est mouvementé, certes, mais pas grandiose !
Prenez bien soin de vous aussi !

Michel Carlué 26/02/2021 10:52

Bonjour Yo, ravi de te retrouver sur le blog ! Alors comme ça tu n'arrives pas bien à mettre en boite un panorama grandiose ? Et si c'était un problème d'objectif qui ne te permet de tout faire entrer dans le cadre et d'y incorporer un élément d'avant plan qui donne - même sur une photo en deux dimensions - une impression de profondeur. Tu me dis ? Un grand angle devrait donner des éléments de réponse à tes difficultés photographiques. Un grand merci pour ton commentaire attentif - Bises et méfiance envers ce satané virus très mutant.