Tchernobyl - 25 ans après

par Michel Carlué  -  14 Août 2010, 09:00  -  #Environnement

 

Ces photos pourraient aisément se passer de commentaires, si ce n'est qu'il faut tout de même signaler que je ne suis pas aller faire du tourisme morbide à Tchernobyl comme cela semble devenir à la mode. Vous ne trouverez donc dans cet article que des photographies de photographies. J'ai en effet utilisé les clichés de Guillaume Briquet pris aux alentours de la centrale nucléaire 25 ans après la catastrophe et exposés sur le quai Wilson, à Genève. Le contraste de ces images avec l'ambiance luxueuse et confortable de la cité Helvète est pour le moins dérangeant.

 

J'ai ressenti devant ces photographies beaucoup de tristesse et de compassion pour les êtres humains sacrifiés sur l'autel de l'énergie nucléaire mal maîtrisée. J'ai également pensé à ceux, irradiés eux aussi, qui subissent encore et qui subiront jusqu'au bout de leur route les souffrances et les maladies générées par ces terribles irradiations.


Lien : Exposition des photos de Guillaume Briquet


Nous sommes tous énergétivores et participons inéluctablement au développement de nouvelles centrales nucléaires, le simple fait d'utiliser un ordinateur pour rédiger cet article ......

Nul pays ne peut se prétendre à l'abri d'un incident nucléaire grave. Nous en serions alors, que nous en ayons conscience ou pas, indirectement, collectivement et individuellement responsables.

 


En Limousin


Notre région a payé un lourd tribu au nucléaire lors de l'exploitation des mines d'uranium par la Cogema. Des sources, des cours d'eau, des nappes phréatiques et des plans d'eau destinés à l'alimentation en eau potable des zones urbaines ou aux loisirs ont été contaminés. Le territoire touché concerne le nord du département de la Haute-Vienne (Monts d'Ambazac).

 

Alors que la ressource minière était épuisée, il n'y a rien eu de plus évident pour Areva que de rapatrier et de stocker l'uranium appauvri à Bessines sur Gartempe, en Haute-Vienne également. Le maintien local d'un certain nombre d'emploi et le développement d'un laboratoire de production de l'isotope 212 du plomb destiné à la thérapie anticancéreuse n'a constitué qu'une maigre et cynique compensation pour le département.  La société publique Areva se construit ainsi une "bonne conscience". 

 

 

Voici le commentaire d'un internaute sur France 3 Limousin à ce propos

 

"BELLE MORALITE !


Après avoir fabriqué le cancer de longues années durant dans la plus grande impunité et à but lucratif .... voici que cette grande société publique en tire de nouveau parti en fabriquant de quoi lutter contre le cancer !
C'est tout de même ubuesque !
Je m'attendais à ce qu'ils réparent (enfin) leurs dégâts en bourse déliant .... Car n'oublions pas que les sites sont toujours hautement contaminés !
Ceci étant la morale est sauve ... au moins économiquement parlant ! Ils pourront de la sorte commercialiser leurs produits anticancéreux directement sur site ! Moins cher ... car on se rapproche du consommateur !!
Quand est-ce que les Pouvoirs Publics vont réagir avec fermeté ?
Merci en tout cas à France 3 de suivre le dossier et de faire très correctement son métier d'information .... car c'est dans la suite logique des reportages de 2009 !"

 

 

 

      Deux liens ci-dessous


Areva et le stockage de l'uranium appauvri (FR3 Limousin)

 

 

Areva et la production de l'isotope Pb 212 (FR3 Limousin)

 

 

 

      Photographies de Guillaume Briquet


Pbase MG 0094 DxO

 

 

Pbase MG 0095 DxO

 

 

Pbase MG 0098 DxO

 

 

Pbase MG 0101 DxO

 

 

Pbase MG 0099 DxO

 

 

Pbase MG 0102 DxO

 

 

Pbase MG 0100 DxO

 

 

Pbase MG 0103 DxO

 

 

Pbase MG 0096 DxO

 

 

Pbase MG 0104 DxO

 

Pbase MG 0212 DxO

 

 

 

 

Marine D 16/03/2011 14:57



Merci Michel pour ce témoignage, terrible ...
Bonne soirée 



Michel Carlué 04/04/2011 10:34



C'est vrai que c'est terrible .......... 


Bonne journée Marine