Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Macromania

Publié le par Michel Carlué

 

Percevoir les choses et les êtres différemment.

 

 

 
Chèvrefeuille (Lonicera)
 

 

 
Chèvrefeuille (Lonicera)
 

 

 
Hortensia de Virginie "Annabelle"
Hydrangea arborescens "Annabelle"
 

 

 
Fougère femelle (Athyrium filix-femina)
 

 

 
Géranium sanguin (Geranium sanguineum)
Très facile à vivre
 

 

 
Rosier "Pink Groostendorst"
D'une fabuleuse beauté avec la robustesse de Rosa rugosa en sus 
 

 

 
Rosier F.J. Groostendorst
Merveilleux à proximité de son proche cousin "Pink Groostendorst" 
 

 

 
Grande marguerite (Chrysanthemum leucanthemum)
Elle est venue s'installer de façon spontanée dans le jardin.
 

 

 
Campanule à feuilles de pêcher (Campanula persicifolia)
Elle se sème où bon lui semble, à la grande surprise du jardinier qui découvre sa floraison là ou il ne l'attendait pas.
 

 

 
Géranium d'arménie (Geranium psilostemon)
Imposant par la taille de sa fleur 
 

 

 
Détail du feuillage de Mahonia x media "Charity"
Arbuste très original par son feuillage, par sa floraison hivernale et par sa fructification qui fait penser à de petites grappes de raisin.

 
 
Géranium ibérique (Geranium ibericum "platypetalum")
Sa fleur est une véritable antenne de télescope floral, je ne sais pas exactement ce qu'elle peut capter ....
 

 

 
Spirée barbe de bouc (Aruncus dioicus)
 
 
 
Floraison de l'arbre à perruque (Cotinus coggyria)
 

 

 
Géranium vivace "Brookside" occupé
 

 

 
Géranium vivace "Brookside" libre
 

 

 
Fougère mâle (Dryopteris filix-mas)
 

 

 
Une rose, généreusement offerte par ma voisine .... 
 

 

 
Une autre rose de la même provenance que la précédente 
 
 
 
De profil s'il vous plaît !
 
 
 
Rosy cushion ou une rose dans toute sa simplissime beauté
 
 
 
Pavot d'Orient
 
 
 
Ce n'est pas un fruit que vous voyez là mais un réceptacle floral hypertrophié. Si vous deviez consommer les fruits du fraisier vous vous contenteriez des petites zones claires qui apparaissent à la surface des réceptacles, si si  ... ils prennent le doux nom d'akènes et sont peu appétissants et encore moins nourrissants.
 
 
Toujours les mêmes réceptacles floraux, sur la face non coupée cette fois 
 
 
 
Les abeilles adorent butiner les fleurs mellifères de cet arbuste, pourtant si discrètes.
 
 
 
Une autre version de la même scène
 
 
 

Publié dans Macrophotographies

Partager cet article
Repost0

La Lande du Cluzeau

Publié le par Michel Carlué

Ce site Natura 2000 peut-être considéré comme un des plus remarquables pour la région Limousin mais aussi pour le territoire national.
 
Le site du Cluzeau et de la Flotte est l'affleurement de serpentines le plus important en terme de superficie en Limousin. Au-delà de cette valeur cadastrale, le site est aussi exceptionnel pour sa diversité en milieux remarquables et espèces patrimoniales connus. Cet affleurement abrite tous les habitats naturels susceptibles d'être identifiés sur un site serpentinicole. C'est aussi pour la Haute-Vienne un des sites naturels les plus riches en espèces protégées.
Cet affleurement est incontestablement un des éléments majeurs du patrimoine naturel en Limousin. Il bénéficie pour partie seulement d'une protection réglementaire par Arrêté Préfectoral de Biotopes et d'une gestion initiée par le Conservatoire Régional des Espaces Naturels du Limousin. 


Texte extrait de : Natura 2000/Document d'objectif/"Pelouses et landes serpentinicoles du sud de la Haute-Vienne"/septembre 2001
Conservatoire Régional des ESPACES NATURELS DU LIMOUSIN

 

 

Un grand remerciement à Monsieur Cruveillier, le Conservateur du Site, pour m'avoir initié aux richesses naturelles de la lande ainsi qu'à Monsieur Six, du Conservatoire des espaces Naturels du Limousin, pour m'avoir fait parvenir le document Natura 2000.

Ces photos ont réalisées dans le cadre de l'accompagnement sur le terrain d'un groupe de personnes fort sympathiques adhérentes à l'association 
CALC, le 17 mai 2009.

 

 

 

 
Un aspect de la lande, au premier plan, contrastant très fortement avec un paysage forestier caractéristique du Limousin: la forêt de Fayat. La couleur blanche est due aux molinies et la nuance bleutée révèle la présence de fétuques de Léman. Les affleurements rocheux serpentiniques sont perceptibles sous forme de blocs erratiques.
 
 

 

 
Roche de type serpentinique, en cours de délitement, la couleur bleutée de la fétuque de Léman contraste avec l'aspect rougeâtre de la roche.
 

 
Fétuque de Léman (Festuca lemanii)  
 
 
 
Un autre aspect visuel de la lande ponctué verticalement par la présence des genévriers et coloré en jaune par l'hippocrépide à toupet.
 
 
 
Hippocrépide à toupet entouré par la fétuque de Léman, l'orpin réfléchi s'insère dans les interstices de la roche.
 
 
 
Végétation pionnière sous la forme de lichen et de mousse (Hedwigia ciliaris)


 
Gesse des montagnes (Lathyrus linifolius
 
 
 
Un autre aspect de la lande dans une zone particulièrement caractéristique
 
 
 
Végétation pionnière sous la forme d'un magnifique lichen, un lichen est une association symbiotique d'un champignon hébergeant une algue verte. Le champignon fournit le support, les sels minéraux et la réserve d'humidité ; l'algue fournit les nutriments carbonés issus de la synthèse chlorophyllienne.
 
 
 
Début de la floraison de l'armérie des sables (Armeria plantaginea)
 
 
 
La bruyère callune peut prendre des aspects graphiques surprenants par sa ramure torturée.
 
 
 
L'orpin réfléchi et le thym serpolet profitent de la matière organique générée par l'implantation de la mousse Hedwigia ciliaris.
 
 

 

Mousses et lichens sur substrat de roche serpentinique




 

Polygale vulgaire (Polygala vulgaris) en mélange avec la fétuque de Léman (Festuca lemanii)



Cette fougère est la doradille noire autrement nommée capillaire noir (Asplenium adiantum nigrum)



 

Il s'agit bien a floraison de l'orchidée Dactylorhyza maculata



La même orchidée vue sous un aperçu purement végétatif, le qualificatif de maculée lui convient bien.



L'orpin réfléchi (Sedum reflexum) s'accroche sur le peu d'humus généré par les végétaux pionniers.



 

La floraison élégamment épanouie de l'armérie des sables (Armeria plantaginea)



Orpin reprise (Sedum telephium)

 

 
Pourquoi cette vieille toiture sur une série de photos consacrée à une lande ?
Les roches serpentiniques se délitent sous l'effet de l'érosion et forment une argile grasse et riche en fer propice à la fabrication de tuiles. Cette toiture est celle d'une ancienne tuilerie située à l'entrée du sentier de découverte de la lande. 
 


Nous sommes cette fois sortis de la lande et vous reconnaissez de la gauche vers la droite les floraisons du plantain, du lychnis fleur de coucou et enfin celle d'une renoncule.



Tout l'esthétisme de la fleur du lychnis fleur de coucou s'exprime sur cette photographie

LIENS
Serpentines, subduction et séismes
 Encyclopedia universalis
 
Conservatoire des Espaces Naturels du Limousin

Publié dans Nature et photographie

Partager cet article
Repost0

Gimel les cascades

Publié le par Michel Carlué

 
Tout près de Tulle , en Corrèze, une visite lors d'une journée pluvieuse en avril 2009.

Le temps était certes très humide mais la beauté du site était au rendez-vous. Je suis parfaitement conscient qu'il faut toujours contempler ce qui nous entoure, avec ou sans parapluie,  et que les photographies prises par mauvais temps sont souvent pleines de caractère.....

Le village de Gimel, très beau et authentique au demeurant, est niché dans une zone géologique de faille, tourmentée et sauvage. Le tumulte des cascades témoigne de leur présence alors que l'on ne les visualise pas en arrivant. La rivière Montane doit absolument rejoindre la rivière Corrèze et c'est la Montane qui fait l'effort  de rejoindre sa collègue en faisant un saut de plus de 140 m de dénivellé.

 

"Gimel-les-Cascades abrite deux trésors, celui de l’église St-Pardoux (châsse de St-Etienne, 12e, en émail de Limoges) et celui formé par la rivière Montane qui enchaîne les cascades. Premier site classé en France et chanté par Abel Hugo, le frère de Victor, les cascades de Gimel constituent l’un des grands rendez-vous corréziens naturels.
Trois cascades se succèdent sur une courte distance : le Grand Saut de 45 m, la Redole (38 m) et la Queue de Cheval (60 m) qui plonge directement dans le profond Gour de l’Inferno. La chute totale affiche donc 143 m et correspond à une grande faille géologique, celle d’Argentat (de Bourganeuf – Creuse – jusqu’à Decazeville en Aveyron, soit 160 km). Un sentier aménagé permet d’admirer ces cascades ; il longe de près (escalier en bois) la Queue de Cheval."

D'après le guide Chamina des circuits touristiques en Massif Central 





















 

 

 



 

 









 

 

 

 

 

Publié dans Nature et photographie

Partager cet article
Repost0

Floralies de Nantes - 2009

Publié le par Michel Carlué

Bonjour à tous,

Voici quelques photos extraites d'un album photo à votre disposition sur ce blog.

Les floralies de Nantes 2009 étaient globalement très belles et souvent orientées vers des représentations paysagères d'environnements naturels. J'ai particulièrement apprécié ce concept.
Par contre, leur prix d'entrée, fixé à 20 euros par personne, ne favorisait pas l'accession à la culture (et à l'horticulture) pour tous. La baisse de fréquentation très significative enregistrée cette année pourrait sérieusement hypothéquer l'avenir de cette manifestation.

Les photos présentées constituent un petit cadeau à l'attention des amis des végétaux qui n'ont pas pu se rendre aux floralies.

Un grand merci aux milliers de bénévoles qui ont très largement participé à la mise en place de cette gigantesque réalisation.

Bien cordialement

Michel 

 

 

 















































































Publié dans Nature et photographie

Partager cet article
Repost0

Printemps 2009

Publié le par Michel Carlué

 

Après une difficile période printanière, tant sur le plan physique que psychologique, je ressens un léger élan positif. Le jardinage se conjugue avec une période de taille et il devient très vite une obligation fastidieuse dont on doute de voir jamais la fin. La pratique photographique peut permettre d'échapper à sa lassitude physique et morale pour peu que souffler sur les braises pour ranimer les flammes ne déclenche pas des quintes de toux .....
Je vous livre mes premières tentatives timides du mois d'avril 2009 .......


Panorama du jardin en avril 
 


Le bugle rampant s'est installé dans une zone délaissée par un millepertuis malade, une plante couvre-sol est remplacée par une autre du même type et la floraison jaune du millepertuis laisse la place aux inflorescences délicieusement bleutées du bugle

 
Bugle et millepertuis
Le bleu de la floraison de l'un et la coloration jaune lumineux du feuillage naissant de l'autre se complètent idéalement. 

 

 
Centaurea montana
Cette espèce est très accommodante et vigoureuse. Elle s'installe progressivement et très naturellement par semis dans tous le jardin, sa floraison est superbe quoique peu durable.



Cognassier du Japon
Sa floraison printanière flamboyante est attractive, son feuillage opulent aux tons cuivrés tout au long du printemps et de l'été l'est également.


Centaurea montana
Je suis rempli d'admiration pour l'esthétisme absolu des formes et des couleurs de cette fleur.


Taraxacum officinale
La pelouse du jardin est très rustique, le pissenlit y a pris ses libertés, sa floraison d'un jaune éclatant est loin d'être insignifiante, avant que la tondeuse n'effectue son travail de nivellement au ras des paquerettes.


Fougère mâle
Un seul pied a été initialement planté dans le jardin, puis, quelques années plus tard, cette magnifique fougère s'est disséminée un peu partout, préférentiellement dans des zones ombragées, nichée au pied des grands arbustes : un vrai miracle ! L'aspect naturel du jardin s'en est trouvé significativement renforcé.


Fougère mâle


Epine-vinette à feuilles étroites
Ses longs rameaux arqués porteurs de feuilles persistantes vert foncé et sa floraison d'un jaune orangé chaleureux font de cet arbuste un élément végétal marquant du mois d'avril.


Un aspect plus frontal de la magnifique floraison de Berberis stenophylla


Grande pervenche
Plante traçante dont la floraison survient là ou elle n'est pas forcément attendue, en fait il s'agit là d'une grande fantaisiste à l'humeur vagabonde.


Euphorbe polychrome  et bleu myosotis
Cette association de formes et de couleurs s'est effectuée en dehors de l'intervention du jardinier.


Gros plan sur Euphorbia polychroma et sur la délicatesse infinie de sa floraison


Une autre euphorbe très bien acclimatée dans le jardin, à l'ombrage des noisetiers verts et pourpres : l'euphorbe faux amandier (Euphorbia amygdaloïdes)


Tiarelle cordifoliée
Cette tiarelle avait été initialement plantée dans un lieu qui ne lui convenait pas, trop ensoleillé et trop sec. Elle a donc été l'objet d'une transplantation dans un lieu semi-ombragé et dont le sol ne se dessèche pas trop, voyez le résultat !


Prunus laurocerasus
La laurier cerise, d'ordinaire si discret et si constant dans son apparence, se met à afficher une floraison virginale et odorante en avril.


Berberis verruculosa
Une épine-vinette Chinoise qui a vraiment beaucoup de caractère de par ses petites feuilles persistantes vernissées et vert foncé qui contrastent en avril avec une floraison jaune serin toute en délicatesse alors que les épines trifides sont là pour conjuguer l'aspect "rondouillard" de l'arbuste avec un caractère défensif marqué.


Feuilles et fleur de Berberis verruculosa


Cotoneaster horizontalis
Arbuste magnifique en situation isolée au milieu de la pelouse du jardin. Sa ramure horizontale est très esthétique en hiver. La naissance des feuilles au printemps est somptueuse (cf photo ci-dessus). Les boutons floraux discrets et les fleurs tout en rondeurs rosées lui donnent ensuite un aspect un peu plus exubérant. Sa floraison est très prisée par les abeilles. L'arbuste devient alors sonore, il vibre et ronronne en permanence tant que dure la mise à fleur.


Viola cornuta
Ces violettes ont été plantées dans des vasques il y a de cela plusieurs années. Elles se ressèment régulièrement chaque saison sans que je n'ai à intervenir (j'adore cette plante). Les multiples croisements sont parvenus à la création de beautés florales dont je vous soumets ci-dessus un exemplaire. L'harmonie avec le feuillage panaché et tout en douceur du fusain du Japon (Euonymus japonicus) est ici totalement réussie mais sans que cela soit voulu par le jardinier.


Un autre aperçu de ma violette préférée


Corylus avellana "purpurea"
Noisetier à feuillage pourpre
Nul ne peut ignorer la beauté du feuillage des végétaux, il est certes plus discret que certaines floraisons végétales, mais son esthétisme est une réalité et ce n'est pas cet aperçu d'une jeune feuille de noisetier pourpre qui pourra témoigner du contraire.


Cornus alba "sibirica"
Cornouiller blanc de sibérie
Un autre feuillage et une autre forme de beauté panachée 
La lumière joue avec la translucidité des zones non chlorophylliennes et une harmonie se met en place entre les nuances beiges et vertes du feuillage et la couleur légèrement pourprée des pétioles. La chute de ses feuilles ne l'empêche nullement  de rester très décoratif en hiver par son architecture ainsi que par la couleur rouge de son écorce.


Taxus baccata
If commun
Ils se sont installés dans le jardin avec la complicité des oiseaux, sans permission. Très discrets au départ de leur végétation de jeune plantule, ils se sont peu à peu faits remarquer et certains atteignent maintenant 1m50 de haut, ce qui est une performance pour un arbre dont la rapidité de croissance n'est pas la principale qualité. Son feuillage printanier est un mélange de vert foncé, de jaune orangé et de beige dont j'ai pu saisir un aspect au sens photographique.


Lonicera tatarica
Chèvrefeuille de Tartarie
Un chèvrefeuille dont les rameaux ne sont pas volubiles et qui ne cherche pas à s'accrocher à un support cela existe ! Cet arbuste commandé à un pépiniériste spécialisé dans la vente par correspondance était vraiment d'une fragilité extrème le jour de sa livraison. Je n'arrivais pas à croire qu'il puisse être un jour autre chose qu'un arbuste "crevard" mais je me trompais. Il a pris de la force au cours de ces 10 dernières années et l'association de son feuillage vert tendre et de la couleur et de la forme de ses boutons floraux est une véritable réussite en avril. Attention toutefois aux jeunes enfants car les baies globuleuses jaunes puis virant au rouge sont attirantes, mais toxiques !


Euphorbia characias
Euphorbe de Corse
Un élément décoratif de premier ordre, en hiver et au printemps, il est nécessaire de supprimer les hampes florales desséchées de l'année précédente. Cette plante vivace aime les sols pauvres et même caillouteux. Elle a réussi son acclimatation au climat Limousin il est vrai significativement modifié par le réchauffement climatique. Elle a même pu se ressemer toute seule comme une grande et j'ai même failli la confondre avec une "mauvaise" herbe à arracher.


Crataegus monogyna
Aubépine monogyne
Cette photo met l'accent sur l'aspect magnifiquement sphérique des boutons floraux juste avant leur épanouissement. Cette aubépine se ressème avec une grande facilité dans le cadre du jardin et ses implantations sauvages sont souvent judicieuses. Il ne reste plus qu'à exercer un contrôle sur son développement et éviter que son exubérante végétation ne pénalise ses voisins.


Crataegus monogyna en version rouge


Toujours la version rouge de Crataegus monogyna : une beauté en bouton et une beauté épanouie


Revenons à l'espèce type pour terminer cette série de clichés sur nos belles aubépines, le blanc leur va si bien !


Rhododendron hybride nain 
Après une taille automnale sévère et une année de développement purement végétatif, ce rhododendron est à nouveau capable de fleurir en abondance, contrairement à un Rhododendron X catawbiense "Boursault" qui refuse obstinément de le faire .....


Potentilla fruticosa "Primrose Beauty"
Cette photographie mélange les floraisons passées de l'année dernière et celles de cette année, le jaune pâle de ses fleurs est d'une infinie douceur. Cet arbuste est d'une vigueur extraordinaire, il prospère depuis de nombreuses années dans l'environnement très concurrentiel d'une "île" de plantes vivaces


Potentilla fruticosa "Primrose Beauty"


Après Viola cornuta et Centaurea montana un autre signe bleuté dans le jardin : c'est le géranium vivace "Brookside". Il est d'une solidité à toute épreuve et sa transplantation pour un lieu exposé sud-ouest où il est pleinement mis en valeur, à proximité de la maison, s'est avérée une véritable réussite.


Retour en force du blanc accompagné d'une légère nuance verte pour cette tulipe que je recommande à ceux qui ne veulent pas les voir dégénérer et disparaître au fil des années, il s'agit de Tulipa viridiflora de la variété "Spring Green". Le bulbe est vraiment très robuste et sa floraison se renouvelle régulièrement identique à elle même chaque année depuis une décennie sans qu'il soit nécessaire de le mettre à l'abri lors du repos hivernal.


Astrantia major
Une acquisition récente effectuée auprès des pépinières anglaises Suttons, filiale de Vilmorin et Cie. La plante a été livrée à racines nues en avril 2008 et il semblait vraisemblable d'imaginer alors pour elle un avenir très incertain. Un an après elle a su réagir et exprimer une vigoureuse croissance végétative accompagnée d'une floraison d'une grande élégance. Jugez plutôt ! 




 

Publié dans Nature et photographie

Partager cet article
Repost0

Photos minimalistes

Publié le par Michel Carlué

 
Essayer de se limiter à quelques éléments visuels, simplifier au maximum l'image jusqu'à l'abstraction, tel est le but recherché au cours de cette brève séance photographique exercée dans le cadre familier de la maison. 
 
 


 

 
 
 


 

 

 

 

 


 

 

 

 
 


 

 

 

 

 

 



 


 

 

 

 



 
 
 
 

 
 
 



 
 
 
 


 
 
 
 


 
 
 
 

 
 
 
 
 



 
 

 

Partager cet article
Repost0