Economistes atterrés

par Michel Carlué  -  10 Avril 2012, 07:41

 

 

 

Mireille Bruyère, membre du collectif "Les économistes atterrés"

 

 

 

photo Mbruyere


 

Invité par Peuple et culture de la Corrèze, Mireille Bruyère a animé, vendredi à Tulle, une conférence intitulée "Changer d'économie".

 

par Dragan Pérovic

dragan.perovic@centrefrance.com

 

__

 

 

SON ACTION


 

Universitaire


Mireille Bruyère est maître de conférences en économie à l'université de Toulouse 2 et membre du conseil scientifique d'Attac. Ses travaux portent sur l'emploi et le travail. Elle est membre du laboratoire Certop-CNRS.


 

Économiste atterrée

 

Depuis 2010, elle fait partie du collectif "Les économistes atterrés" qui réunit 2.000 économistes en France. Selon eux, "une catastrophe sociale se prépare dans les laboratoires de l'idéologie néolibérale. Il faut donc changer d'économie".

 

__

 

 

Pour sortir de la crise, on propose souvent des recettes où l'austérité et la régression sociale sont érigées en principes majeurs. Vous faites partie d'un collectif qui prône une pensée économique différente.

C'est un collectif d'économistes critiques qui ont en commun de dénoncer les solutions libérales qui vont approfondir la crise au lieu de la résoudre. Notre analyse va encore plus loin et porte sur la politique économique des trente dernières années. Celle-ci se caractérise par la mise en place d'une grande insécurité dans tous les secteurs, dont la protection sociale ou le marché du travail. Nous disons qu'il faut changer de direction et qu'une société ne peut pas avoir la concurrence comme seul modèle.

 

Est-il nécessaire de mettre en cause notre système économique et social ?

Non. Il y a des choses qu'il faut préserver. Le marché a sa place mais à côté des autres sphères, comme celle de la coopération où de services publics, qui fonctionnent selon une logique de solidarité. Une société doit être basée sur des logiques différentes. La pensée néolibérale avance qu'une seule logique, celle de la concurrence, est à la base du développement humain et qu'elle doit tout dominer, de l'éducation aux politiques économiques. Nous disons que la logique de la concurrence doit être encadrée par d'autres logiques. Pour nous, le principe qui fédère la société c'est la solidarité.  

Notre collectif a récemment publié un livre, Changer d'économie, dans lequel chaque chapitre correspond à un secteur concret, avec des propositions économiques alternatives et chiffrées. On démontre qu'en France, il n'y a pas de problème de moyens. On ne manque pas d'argent, au contraire, on n'a jamais été aussi riche. On est tous d'accord pour dire qu'il s'agit d'un problème de répartition de richesse.

Les activités économiques doivent être les indices d'un certain bien-être, qui passe aussi par un sens d'égalité et de liberté collective et individuelle.

 

Quel est le candidat à la présidentielle qui a manifesté le plus d'intérêt à l'égard de vos propositions ?

Nous sommes un collectif pluriel qui veut faire connaître une pensée économique plus critique. On ne se positionne pas par rapport aux partis politiques. Notre objectif, c'est de présenter nos réflexions aux citoyens. Le timing des élections est favorable au débat sur les politiques alternatives. Mais on n'a pas de préférence par rapport à un candidat ou à un autre.

 

__

 

 

LIENS

 

Les économistes atterrés

 

Attac

 

attac22