Pourquoi les français veulent-ils se tirer une balle dans le pied ?

par Michel Carlué  -  1 Avril 2012, 10:24  -  #actualités

 

 

Extrait du blog "L'ESPOIR"

 

21 janvier 2012

 

 

 

111102-187

 

 

Un remarquable article, extrêmement lucide, que je vous invite à lire et à méditer avant l'élection présidentielle, même si cela ne changera rien à "l'affaire".

 

 

Nous venons de passer le cap des 100 jours qui nous séparent de l'élection présidentielle la plus importante de l'histoire de la Vème République. En effet la crise actuelle est du même acabit que celle de 1929 dont les conséquences sociales avaient été dramatiques. Le peuple français détient une occasion unique d'influer sur sa destinée pour s'éviter un destin comparable. Contrairement à d'autres démocraties, certainement moins mûres, l'offre de candidats est vaste et permet d'opter pour une véritable alternative. Et pourtant il est probable que le choix de la continuité prévaudra ce qui revient à se tirer une balle dans le pied. Analyse des raisons qui vont pousser les français vers cette direction.

 

Tout d'abord, il est certain que la majorité des français n'accordera en réalité qu'un temps limité à l'accomplissement de son choix. Les raisons sont multiples: manque de temps lié à la combinaison de la vie professionnelle et de la vie privée, envie de se détendre après des journées de travail de plus en plus stressantes, désintérêt pour le débat politique en raison d'un fatalisme quant à la capacité des urnes à « changer la vie ».

 

Ces raisons vont conduire la majorité de nos concitoyens à privilégier les sources d'information les plus accessibles: presse régionale, journaux gratuits, émissions de télévision ou sites internet. Passons sur la presse gratuite qui se contente de dépêches AFP ou d'articles sans intérêt pour nous concentrer sur  la presse régionale. Par rapport à la presse gratuite, cette dernière ajoute quelques chroniques rédigées par des journalistes locaux. Malheureusement ce maigre espace de liberté ne sert, la plupart du temps, qu'à resservir la soupe néo-libérale par mimétisme vis-à-vis de la presse nationale et par snobisme  puisque penser comme les grands quotidiens nationaux offre une crédibilité au niveau local et l'illusion d'appartenir à la caste de l'élite journalistique.

 

Les émissions de politique souffrent des mêmes maux que le 20 heures. Sans revenir sur le cas de «C dans l'air» elles restent rares et bénéficient rarement d'un créneau horaire offrant la meilleure exposition médiatique. L'exception en la matière est  l'émission « Des paroles et des actes». Malheureusement elle présente de graves défauts. Ainsi depuis la création de l'émission, cette dernière s'est centrée à 5 reprises sur des personnes appartenant au PS ou à l'UMP  et à une reprise sur François Bayrou, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. En plus de cette domination des principaux partis, on retrouve l'hégémonie de la pensée unique au niveau des experts: Nathalie Saint-Cricq,  Fabien Namias, Laurent Joffrin, François Lenglet, Franz-Olivier Giesbert. De cette manière l'illusion de la diversité politique est maintenue tout en expliquant aux français quel est le choix raisonnable qu'ils doivent effectuer.

 

Subsiste Internet, le média le plus alternatif et permettant de trouver des idées hétérodoxes. Las, les français vont se diriger majoritairement vers les « marques » qu'ils connaissent c'est à dire dans le meilleur des cas les sites des principaux journaux nationaux.

 

A partir de ce moment là, quel peut-être le choix des français? Des candidats alternatifs proposant des idées innovantes comme Chevènement, Dupont-Aignan ou Mélenchon sont écartés d'un revers de main par des arguments superficiels tels que trop vieux, inconnu ou populiste. En définitive les français limitent leurs choix à Hollande, Sarkozy voire Bayrou et Le Pen. Les trois premiers représentent la continuité d'un système économique à bout de souffle où les plans d'austérité se succéderont jusqu'à l'effondrement complet de l'économie. Le seul vote de contestation ou alternatif se résumerait donc à Marine Le Pen ce qui est triste et dangereux, puisqu'on ignore ce qui se cache derrière son programme économique de gauche. Historiquement les partis d'extrême droite ont favorisé le pouvoir de l'argent lorsqu'ils sont parvenus au pouvoir. Pourquoi en serait-il autrement cette fois-ci ?

 

Alors pourquoi les français qui ressentent parfaitement les ravages de la libéralisation à outrance de nos économies ne prennent pas leurs responsabilités comme ils avaient si bien su le faire lors du référendum sur le traité constitutionnel européen? Comment peuvent-ils supporter de voir le pays se désindustrialiser? Le chômage augmenter ? Les inégalités se creuser ? La pauvreté s'accroître?  Le système de santé se déliter ?

 

La réponse tient tout d'abord à un effritement de la société où l'individualisme a pris le pas sur le système corporatiste. Ainsi les français ne raisonnent plus en tant que classe qui serait exploitée par une autre mais en tant qu'individu. Dans un tel système de pensée, il importe par dessus tout de sauver SA place et le meilleur moyen est de ne pas faire de vagues en servant le système.

 

Un tel système place les indidus en concurrence. Ce phénomène est accentué par le fort taux de chômage qui permet d'obtenir plus facilement des sacrifices de la part des salariés. Le chantage à la délocalisation fonctionne de la même manière. La baisse du taux de syndicalisation de notre pays peut s'expliquer de cette façon. Le néo-libéralisme peut s'imposer alors plus facilement.

 

Mais alors pourquoi les français victimes d'une dégradation de leurs conditions de travail qui se concrétise notamment par une augmentation du stress ne recherchent pas des solutions sur le plan politique. Nous en revenons au problème des médias et nous bouclons la boucle d'un cercle vicieux qui offre pour le moment une victoire sans appel au néo-libéralisme. Ce dernier est parvenu en trois décennies à supprimer les principales sources de résistance à son expansion qui étaient les syndicats et les politiques c'est à dire l'expression de la volonté des citoyens. Force est de constater que pour le moment les néo-libéraux ont remporté de nombreuses batailles. Pour la guerre une course contre-la-montre s'est engagée avec le peuple pour la neutralisation de la démocratie. Ils sont en avance. Peuple te lèveras-tu ?

 

Theux

---

 

Une réaction d'internaute

 

Synthèse réaliste et excellente. Il faudrait complémentairement dénoncer la responsabilité des partis politiques et des syndicats de gauche - pendant 30 ans - dans la manipulation du peuple par les médias. Il est normal que la droite manipule le peuple mais pas la gauche. 

Sur la manipulation des médias il faut consulter

www.michelcollon.info

et relire Noam Chomsky

Les dix stratégies de manipulation de masse
Posted on 01/10/2010 by Vincent Verschoore

http://pressenza.com/npermalink/les-dix-strategies-de-manipulation-de-masses
Sans parler pour l’auteur de ce texte(*), il me semble que le machiavélisme nécessaire à la mise en œuvre de ses stratégies est sans doute variable d’une clique politique à l’autre, sans distinction à priori d’appartenance à la gauche ou à la droite. L’ensemble de ces stratégies fait partie du “système d’Etat”, peu importe qui est au pouvoir, chaque gouvernement ne modifiant que le niveau d’intensité de telle ou telle approche. Le contrôle d’une partie importante des médias est évidemment un pré-requis pour que tout cela fonctionne, que ce soit par nomination directe des directeurs ou par copinage.


1/ La stratégie de la distraction
2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions
3/ La stratégie de la dégradation
4/ La stratégie du différé
5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge
6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion
7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise
8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité
9/ Remplacer la révolte par la culpabilité
10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes


Noam Chomsky une vérité qui dérange ?
Un RDV de l’Agora spécial Noam Chomsky.
http://www.agoravox.fr/rdv-de-l-agora/article/noam-chomsky-une-verite-qui-44738

Dans son dernier livre - L’Ivresse de la force. Entretiens avec David Barsamian (Fayard) -, Noam Chomsky revient sur les événements récents de la politique étrangère des États-Unis.
Il démontre comment l’occupation de l’Irak, la guerre en Afghanistan ou les menaces contre l’Iran ne sont que le prolongement d’une longue tradition d’hégémonie militaire et politique. Considéré comme principale source d’insécurité dans le monde, l’État américain est décrit par Chomsky comme le bras armé des grands entrepreneurs américains, sourd aux aspirations de sa propre population, que les grands médias maintiennent dans l’ignorance des agissements du pouvoir.

 

__________

 

 

NoamChomsky

Noam Chomsky

 

mouneluna 01/04/2012 14:24


aucun candidat ne me convaint parfaitement je ne voterais donc pas pour mais contre, c'est moche d'en arriver là.


Mais tout de même, ma peur de l'islamisation de la france ne me fera pas voter Le pen.


je suis pour une république Laïque, mais je ne voterais pas à droite.


je suis pleine de contradiction, je m'informe par le biais d'internet.


bonne journée


tes posts sont fort intéressants


bisous