Parce que vous le valez bien (suite)

par Michel Carlué  -  10 Juillet 2010, 13:57  -  #Billet d'humeur

 

 

d354i10215h163043

 

 

La saga continue, nous frisons le ridicule. Nous pouvons toujours nous gausser du système Berlusconi mais regardons donc dans nos assiettes, nous y trouverons aussi de la nourriture avariée. C'est à pleurer ou bien à mourir de rire si l'on a un sens particulier de l'humour !


Les journalistes d'investigation enquêtent, c'est leur travail et nul ne peut leur contester cette prérogative sous peine de se mettre en situation de déni de vérité et surtout de démocratie.

 

Nous avons déjà connu en France de nombreuses "affaires". 

Sous Giscard d'Estaing ce furent les diamants de Bokassa et tous les avantages liés au contexte post-colonisateur de l'époque. 

Sous l'ère Mitterrand il y eut de très nombreuses zones pas nettes du tout, citons pêle mêle les affaires Bousquet, Elf, Urba, les frégates de Taïwan, Péchiney, les écoutes téléphoniques, sans oublier les sombres histoires mafieuses dans lesquelles Jean-Christophe Mitterrand était enlisé.

Les diverses casseroles accrochées  aux basques de notre ex-président Chirac le rendaient identifiable au moindre de ses mouvements. Une entente contre nature entre Jacques Chirac et Roland Dumas avait même permis de légiférer afin de les "immuniser" contre les "basses attaques" dont ils étaient alors l'objet l'un et l'autre.

Un certain Charles Pasqua, ex-ministre de l'intérieur, a été également rattrapé par des affaires assez sordides en relation avec son passé "Africain" peu reluisant. L'affaire était dans le SAC ! La justice l'a épargné et il exerce encore la fonction de sénateur, mais voyons Madame ou Monsieur cherchez l'erreur ! Mais, j'ai appris hier que le parquet avait rejeté sa relaxe et qu'il était à nouveau appelé à comparaître, y aurait-il encore un semblant de justice applicable aux puissants et aux politiques dans ce pays ?  

Je citerai, pour en terminer avec cette litanie déprimante, l'affaire Clearstream mettant en cause deux féroces ennemis politiques, l'accusé étant un ex-premier ministre et son adversaire et victime l'actuel président de la république.

 

Si nous jetons un regard attentif au delà de nos frontières nous y trouvons un célèbre exemple du libre exercice des activités de la presse en matière d'enquête et de lutte contre les exactions et la corruption. Les Etats Unis d'Amérique montrent l'exemple et constituent l'un des rares pays au monde, si ce n'est le seul, où une enquête menée par des journalistes particulièrement pugnaces et pertinents a conduit à la destitution d'un président, Richard Nixon, bel exemple !

 

Revenons à l'affaire du moment avant que notre chef suprême n'ait fourbi et présenté à la télévision son argumentation infaillible aux yeux de citoyens admiratifs et convaincus devant tant de conviction, de vertu et de sincérité et nous dise "Circulez il n'y a rien à voir !".

La théorie du complot, vous là connaissez ? Il s'agirait dans l'affaire W-B d'un complot destiné à salir une ou plusieurs personnes de la caste politique en place afin de déstabiliser un système pourtant au-dessus de tous soupçons.

Je rajouterai selon les termes d'un philosophe récemment entendu à la radio que l'exemplarité est ici instrumentée et non pas instrumentalisée. J'en prends pour preuve l'éviction de deux secrétaires d'état afin de bien signifier aux citoyens que fumer trop de cigares est nuisible à la santé et trop s'envoyer en l'air en jet privé n'est également pas une bonne chose, surtout quand ce sont les deniers de l'état, c'est à dire les nôtres, qui alimentent la "dolce vita".

 

je plains sincèrement celle par qui le pic extrême de ce scandale est arrivé, l'ex comptable de Madame B. Elle a vu, elle a compté, mais elle est maintenant serrée dans un étau policier et judiciaire chapeauté par le parquet de Nanterre dont le procureur est parfaitement indépendant du pouvoir en place ..... Quant au rapport de l'inspection générale des finances je n'en parlerai même pas tant son résultat est connu par avance. 

L'affaire peut-elle aller jusqu'au bout de sa vérité, certainement pas ! Qui pourrait-être dupe de la non collusion et même de la non implication du parti de la majorité actuelle dans "l'affaire", certainement pas les intéressés eux-mêmes mais peut-être ceux qui, trop crédules ou aveuglés par leur opinions politiques monolithiques, refusent de regarder les choses en face et perdent alors tout sens critique. Le pouvoir a besoin d'argent et les puissances d'argent ont besoin du pouvoir, cette relation réversible est très bien connue mais rarement identifiée avec netteté, et pour cause .....


Je conseille donc à nos politiques, au lieu de brandir le spectre d'une presse accusatrice infâme, de considérer que des journaux comme le Canard Enchainé et Marianne sont les garants du bon fonctionnement de notre démocratie, que les informations véhiculées par Médiapart en font également partie. Ces dernières sont transmises par le Web et exercent donc un impact important sur une frange jeune de la population. Il est donc parfaitement compréhensible qu'elles exaspèrent le pouvoir en place. 

 

Un autre argument de contre-attaque face aux suspicions consiste à avancer que de telles agitations affaiblissent la démocratie en favorisant l'émergence des extrêmes. Nul ne peut contester ce fait mais faut-il considérer comme responsables ceux qui permettent la révélation d'un grave dysfonctionnement ou ceux qui en sont la cause ?

 

Le fait de qualifier le principal parti de l'opposition de nuisible est totalement insupportable. D'une part Madame Morano ferait bien de reconsidérer la signification étymologique absolument négative de ce mot et d'autre part admet-elle comme seuls non nuisibles les groupes de personnes ou les partis politiques qui pensent comme elle ? Cet abus de langage est révélateur d'un état d'esprit très particulier, il peut laisser perplexe. 

 

Je termine temporairement cette réflexion un peu amère en vous souhaitant un excellent dimanche.

 

Restez en forme et ne diminuez pas votre vigilance sous prétexte que c'est l'été !  

 

Michel

 

 

 


Découvrez la playlist Jimmy Smith 1 avec Jimmy Smith