Le Limoges des ponts sur la Vienne

par Michel Carlué  -  27 Novembre 2011, 11:26  -  #La ville

 

 

 

Balade automnale à Limoges, du viaduc  (1891) jusqu'au pont Saint-Martial  (1215) en passant par le pont de la Révolution (1885)

 

Des détails techniques sur la façon de procéder, au sens photographique, sont consignés en fin d'article.

 

 

 

 

 

Pbase MG 6316 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6318 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6317 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6325 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6326 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6329 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6330 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6334 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6333 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6335 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6337 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6338 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6339 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6341 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6342 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6345 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6347 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6348 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6353 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6354 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6357 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6361 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6359 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6363 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6368 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6366 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6372 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6373 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6380 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6383 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6385 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6384 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6386 DxO

 

 

 

 

 

Pbase MG 6388 DxO

 

 

 

 

 

Ces clichés ont été l'objet de toute mon attention d'une part à la prise de vue et d'autre part lors de l'étape de la post production. Cette dernière étant l'équivalent en photo numérique de ce qu'était un tirage à l'ancienne à partir d'un négatif photographique argentique. Le travail à posteriori est important, long et indispensable, n'en déplaise à certains qui considèrent à tort qu'il ne s'agit que de bidouillages informatiques et qui, à l'évidence, considèrent la photographie comme une activité imbécile et triviale limitée à l'action d'un index sur un déclencheur.

 

J'ai donc travaillé ces photos une à une, à partir de fichiers bruts (raw) et en utilisant exclusivement les possibilités fines et complexes de développement du logiciel DXO Optics Pro 6. Voici quelques idées d'utilisation.

 

1 : observer l'allure de l'histogramme (centré mais non étalé, calé à gauche ou bien calé à droite).


2 : s'il est centré mais non étalé il faut jouer sur l'exposition manuelle de votre photographie de manière à l'amener à s'étaler le plus largement possible. Une exception : si vous souhaitez une lumière douce il peut ne pas être nécessaire de se lancer dans ce type d'opération.


3 : s'il est calé à gauche cela signifie que les ombres sont trop denses et que les hautes lumières sont sous exposées. Il faut alors augmenter l'exposition en redressant la droite ( en fait ce que l'on nomme la courbe) jusqu'à ce que l'histogramme vienne affleurer la limite droite de la zone d'exposition).

Si l'histogramme reste toujours très tassé à gauche vous avez deux possibilités pour donner de la matière aux ombres. La première d'entre-elles consiste à utiliser une fonction du logiciel, que l'on peut doser à sa volonté, et qui se nomme le DxO lighting-HDR. Vous avez le choix entre une intervention légère, moyenne ou forte et vous pouvez nuancer le degré de votre intervention dans chacun des cas. Cette fonction revient à effectuer un faux HDR (high dynamic range) à partir d'une seule photographie, ce qui est paradoxal mais néanmoins efficace.

Si le résultat n'est toujours pas à la hauteur de ce que vous pourriez en attendre il reste encore une possibilité importante mais à manier avec délicatesse. Elle consiste à manipuler la droite (la courbe) de façon à éclaircir des zones encore trop sombres (remonter la courbe  à partir d'un point d'ancrage), à assombrir des zones encore trop claires (descendre la courbe à partir d'un point d'ancrage) ou à augmenter avec délicatesse le contraste de l'image en donnant à la courbe une forme en S. Un point important, le fait d'obtenir une courbe en S augmentera le contraste de la photo sans pour autant brûler les hautes lumières ni boucher les ombres, cette correction n'étant pas une compensation d'exposition. Il ne faut toutefois pas exagérer l'allure du profil en S car vous prendriez alors le risque d'obtenir un effet caricatural.

 

4 : si l'histogramme est trop calé à droite, il est évident que votre photo a été surexposée. Un remède immédiat dans DxO : utiliser la fonction "priorité aux hautes lumières" dans l'onglet compensation de l'exposition. Vous choisissez le degré de correction qui vous convient (léger, moyen ou fort), l'histogramme se détachera progressivement de la partie droite et lorsqu'il sera très légèrement décollé et si possible en pente douce à droite, ce sera gagné. Vous pouver obtenir un type de résultat un peu analogue en "attrapant" l'extrémité droite de la courbe et en l'abaissant légèrement jusqu'au résultat escompté. 

 

5 : Si votre photo en couleur vous parait insuffisamment saturée, vous allez dans couleur (mode, saturation, luminance), vous choisissez saturation, vous sélectionnez la couleur qui a besoin d'être relevée et vous dosez cette opération à votre convenance.

 

Je ne vous parlerai pas de la balance des blancs rattrapable à posteriori sur un fichier raw ni des rectifications de l'horizontalité et des anomalies de perspective. Nous aurons l'occasion d'y revenir ultérieurement. Il y a d'ailleurs, à ce propos, une photo présentée dans le cadre de cet article qui n'a pas été corrigée alors qu'elle présente une déformation monstrueuse de la perspective  au 24 mm. C'est à vous de la trouver.

 

Ces tentatives d'explications ont été laborieuses et probablement pas très claires, j'ai essayé. Si vous en êtes arrivés là lors de votre lecture c'est que votre patience est à toute épreuve, votre mérite est grand et je vous en remercie. 

 

Michel

 

 

NB : je n'ai aucune action dans l'entreprise Image Science DxO Labs mais je les trouve géniaux ces ingénieurs ! Vive la science 

 



 

Barbara Alice Richard 28/11/2011 16:50


ton article confirme bien ce qu eje savais déjà: je ne suis pas patiente!!!

Michel Carlué 12/12/2011 13:08



Mais si tu es patiente, tu supportes bien les remarques ironiques des très grands artistes peintres ! Alors ... quoi dire de plus  .... 



chris03 27/11/2011 18:26


Et le résultat est bien au rendez vous! Belle décinaison sur ces ponts, mes préférences vont aux reflets et à travers les branchages...

mouneluna 27/11/2011 12:44


je ne saurais te dire, je les trouve toute superbes.


je ne suis pas si douée que toi, je photographie à l'instinct.


il m'est difficile de me souvenir de cette façon de traiter les photos, ma tête est tellement pleine d'autre chose, moins drôle


@ +


Bsious