Le cas Bayrou

par Michel Carlué  -  27 Avril 2012, 13:03  -  #actualités

 

 

 

Extrait de Agora Vox

Le Média Citoyen

 

par Pale Rider

 

 

Bayrou : pourquoi il doit choisir Hollande

 

 

 

 

Bayrou2012.JPG

 


La situation de la France est moralement grave, comme en témoignent la une de L’Humanité du 24 avril et l’éditorial du Monde du 25 avril, dénonçant les compromissions de l’Innommable avec le Front National. Arrivé à ce stade, il faut trancher. Et vite.

Contrairement à ce que j’avais espéré ici même, François Bayrou a raté son pari de se qualifier pour le deuxième tour des présidentielles.

Cependant, comme je l’avais dit, sur le plan des idées, il a déjà gagné. Il suffit d’écouter les socialistes pour se rendre compte que non seulement leurs prises de position sont d’essence social-démocrate, comme celles du MoDem, mais que plusieurs propositions de Bayrou, que le PS émettait mollement ou pas du tout, sont reprises par la gauche, comme la moralisation de la vie publique (et sur ce thème, le PS a du nettoyage à faire, comme Montebourg y a insisté) ou le produire en France.

L’ignominie de l’Innommable dont, vous l’aurez remarqué, la « profession de foi » était plus à droite que celle de Marine Le Pen, ne nous laisse pas d’autre choix que de voter pour Hollande.

Est-ce si grave ? Après tout, François Hollande est quelqu'un de civilisé, à qui Bayrou a depuis longtemps accordé un label de respectabilité. Il semble intègre, il est plus résolu qu’il n’en a l’air, il a une maîtrise impressionnante de son discours.

Il y a un peu plus d’un an, sur France Inter, Denis Jeambar avait été le seul à prédire que le prochain président de la République serait… François Hollande. À cette époque, il y avait eu un grand blanc dans le poste. Personne n’aurait parié un centime sur lui. On connaît la suite. La chute de DSK (ouf !) ne suffit pas à expliquer la réussite de l’ascension hollandaise : l’Innommable a eu tort de le sous-estimer.

Alors, quel est le problème avec Hollande, sinon le financement de ses promesses inconsidérées ? Le problème, c’est qu’on perdra du temps, que ça plombera la France encore davantage ; que le pouvoir socialiste sera obligé de faire marche arrière. Bayrou n’est pas élu ? Tant pis : l’avenir lui donnera hélas raison.

Hyper-Menteur

Des mauvais comptes, ce n’est pas si grave, et d’ailleurs, la droite a tellement pillé les caisses de l’État qu’il y a de quoi rire quand certains valets disent que l’Innommable est le plus apte à redresser les comptes de la France ! Ce n’est pas si grave… s’il n’y a que ça. Car le plus grave, c’est de voir que la France a été divisée (en grec, le diabolos, le diable, c’est le « diviseur »…), méprisée (risible, le couplet sur l’amour de la France que nous chante l’Innommable sur l’onéreuse paperasse dont il encombre nos boîtes aux lettres), et même rendue méchante. L’Innommable nous a rendus mauvais ; il est temps de se repentir. De se choisir d’autres dirigeants et un autre cap.

Bayrou va écrire aux deux candidats et se déterminera en fonction de leurs réponses. En soi, de la part du Centriste, la démarche est logique, pertinente. À ceci près que, quelle que soit la réponse apportée par l’Innommable, elle ne sera pas crédible. Cinq ans du régime de l’Innommable suffisent à discréditer à la fois son action et sa parole à tout jamais. À supposer qu’il se convertisse subitement au modémisme et qu’il commande un million d’exemplaires d’Abus de pouvoir à distribuer gratuitement dans les rassemblements de l’UMP, il ne faudrait pas le croire. Ce qu’il dit un jour, il le renie le lendemain. Il ne croit en rien, pas même au FN. Il croit en sa carrière, et il sait que, une fois levée son immunité présidentielle, quelques rendez-vous embêtants l’attendent.

Bayrou ne votera pas pour l’Innommable. Contrairement aux écolos qui se sont tout de suite ralliés au PS, il a courageusement mené le combat de la présidentielle jusqu’au bout. Il peut donc appeler à voter François Hollande sans pour autant s’aplatir devant lui. On ne sait pas quel sera l’avenir de François Bayrou. Mais on reparlera de lui. En bien.

 

____

Commentaires de blogueurs

 

Bonjour, Pale Rider.



Les virulentes - et ô combien justifiées ! - prises de position de Bayrou contre les agressions par Sarkozy des "valeurs" humaines et sociales qu’il défend lui interdisent désormais tout ralliement au sortant. Un ralliement qui serait d’ailleurs très mal perçu par une majorité d’électeurs du Modem, eux aussi très choqués par les dérives nauséabondes d’un candidat opportuniste et sans scrupules. Ira-t-il jusqu’à soutenir Hollande, nettement plus compatible sur le plan de ces "valeurs" ? Nous verrons bien, mais je crois qu’il laissera chacun libre de ses choix...

__

rassembler, oui bien sur....

idée simple:qu’avons nous de vitalement en commun ? besoin de nourriture, abris, vêtements ...
on se regroupe volontairement sur la fabrication de ce qui est vital ,ce qui est déjà un fait incontournable depuis le début ! ah bon t’es sur, me dis je à moi même ? oui bien sur !

Mais alors qu’est ce qui déconne ? le partage.....
celui qui prend trop peut il avoir trop uniquement sur son travail ? impossible,seul on est voué a disparaitre..mais alors le collectif est incontournable ? oui .

Ben , si le collectif est incontournable que seul on ne peut avoir plus, il s’agit donc de vol du collectif ? tout a fait..

__
 

Bayrou s’est mis tout seul dans le gouffre qu’il s’est construit sans l’aide de personne.

L’ echec est incommensurable, dire que ce type a occupé les espaces médiatiques, nous a emmerdé à longueur de prises de paroles.

Pour rien.

Bayrou est mort, cramé. Sa seule porte de sortie, s’il veut conserver une once de dignité, c’est qu’il se retire définitivement.de la vie publique.

 __

 

Oui il est logique que les électeurs soient libres de leur choix, de leurs 3 choix d’ailleurs (j’exclue l’abstention, qui ne cadre pas avec un MoDem qui défend le bulletin blanc). 

__

 

Globalement d’accord Pale Rider, sauf sur certains compliments que vous prêtez à Hollande, intègre oui bof le mot est un peu fort, maîtrise de ses discours oui il est surtout maître dans l’art de contourner et de remettre à plus tard ce qui l’embarrasse, et il y a pas mal quand même pas mal de dossiers.
Que "de mauvais comptes ne soient pas si graves" là c’est totalement irresponsable, comme d’ailleurs est la gestion lamentable de Hollande en Corrèze depuis 4 ans, qui était pourtant un bon galop d’essai pour la reprise d’une "entreprise" à relever et dont le bilan est piteux, encore plus enfoncé qu’avant (une petite analyse de ses prouesses nous montre ce qu’il risque de faire de la France et ça fait froid dans le dos) , et toutes ses promesses vont exactement dans le même sens ce qui va donner une spirale infernale qui va éclater dans les 12 mois... 
Quant à l’allusion sur le nettoyage vu par Montebourg... ne me faites pas rire tellement c’est jaune, renseignez-vous, le chevalier blanc Montebourg n’a assisté à AUCUNE réunion de l’Assemblée depuis qu’il est député, mais il empoche allègrement et sans complexe tous les sous et avantages de la fonction. Hollande est aussi pas mal en absentéisme.
Alors pour l’intégrité, la morale et l’exemple... 
Si Bayrou n’a jamais cautionné même du bout des lèvres le PS, c’est que les raisons ne manquent pas non plus. Quant à Sarko il l’a toujours détesté et s’est battu contre ses excès, ce n’est pas nouveau, la seule idée qu’il aurait pu s’y allier un jour est du délire. 
je suis MoDem venue de gauche, mais le PS me semble devenu tout aussi dangereux que l’UMP, avec en + une image de supers gentils qui est la meilleure marque de l’hypocrisie. Depuis le temps qu’ils veulent le pouvoir et la revanche... à mon avis tout ça va avoir un goût amer dans pas longtemps. Hélas.... et même s’il va sûrement finir sous la pression médiatique par se positionner Hollande il me semble logique que François Bayrou n’ait envie de voter ni pour l’un ni pour l’autre... smiley L’essentiel est pour moi de rester droit face à sa conscience. 
__

Problème :Bayrou est avant tout catholique ....et Hollande est agnostique ( c’est ça pour moi la vrai rupture ).
__

Par Pale Rider

…et moi je suis protestant. Mais quand même assez proche de l’éthique de Bayrou et aussi de sa lecture de la Bible (il faut simplement éviter de me brancher sur Lourdes). Mais justement, comme la République ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte, mais permet à tous de s’exprimer tant qu’il n’y a pas de trouble à l’ordre public, je vois dans cette saine conception de la laïcité (que défend admirablement Bayrou) le fondement de la fraternité républicaine. Avec un type comme Hollande, c’est faisable. Avec l’Innommable qui va cirer les pompes papales en compagnie de Bigard, c’est inimaginable. Mieux vaut un agnostique digne qu’un pseudo catho dont le dieu est Mammon.

 

___

 

Mon avis


Bayrou me parait un citoyen honnête sur le plan éthique, modéré dans ses points de vue, convaincant par ses propositions européennes. Son engagement très fort en direction de l'éducation de notre jeunesse me plaît aussi beaucoup. Je suis nettement moins enthousiaste face à ses affirmations selon lesquelles seules la rigueur et donc l'austérité sont les garants de la sortie de crise pour l'Europe et pour la France.  

 

Malheureusement pour lui et surtout pour ses idées, François Bayrou ne sait pas fédérer et déléguer dans le cadre de son parti, il s'isole et ne fait pas "école". Sa situation de centriste est à proprement parler intenable dans le contexte d'une bipolarisation politique qui n'a jamais été aussi évidente, malgré le fait que nombre de personnes prétendent le contraire en ironisant à propos de l'UMPS. 

 

___