Capteur solaire

par Michel Carlué  -  20 Avril 2011, 10:35  -  #Nature et photographie

 

 

Oui, il s'agit bien d'une feuille, celle d'un noisetier pourpre plus précisément.

 

 

La feuille est un capteur solaire et une usine biochimique extrêmement performante. Les végétaux sont des champions dans cette spécialité. Ils sont tout particulièrement adaptés à la captation des longueurs d'onde rouges et bleues, mais ils ne dédaignent pas pour autant le jaune. Ils sont par contre relativement indifférents à la radiation verte et c'est bien parce qu'ils ne l'absorbent pas que leur feuillage est teinté par cette couleur dominante. Alors vous me direz, le noisetier pourpre, il boude aussi le rouge ? Probablement que oui, mais il se rattrape sur le bleu qui, étant la longueur d'onde la plus courte des rayonnements visibles est par voie de conséquence la radiation visible la plus énergétique.

 

Que font les végétaux de cette énergie photonique ? Ils la transforment en énergie chimique nécessaire à la synthèse de leurs molécules organiques à partir du carbone atmosphérique qu'ils ont la possibilité d'incorporer.

 

Si l'on résume, les végétaux sont totalement autonomes pour leur nutrition. Ils captent l'énergie solaire et assimilent le carbone atmosphérique (autotrophie pour le carbone). Ils s'alimentent complémentairement en eau et en éléments minéraux par l'intermédiaire de leurs racines.

 

Sont-ils importants pour nous ?

 

Ils nous sont en fait indispensables et correspondent très concrètement à des intermédiaires entre le cosmos, l'univers minéral et nous. Sans eux aucune vie humaine ne serait possible. Ils synthétisent les molécules organiques carbonées qui nous sont nécessaires et que nos organismes sont dans l'incapacité de produire et qu'ils ne peuvent que transformer. 

 


 

 

Pbase MG 0305