Mélange contrasté

par Michel Carlué  -  5 Février 2009, 09:45  -  #Ombres et lumières

Bonjour,

 

 
Un petit jeu d'ombres et de lumières, tout un symbole




La grille et son prolongement



Ambiance gothique flamboyant ; la cathédrale d'Orléans




Ombres et lumières de cathédrale

 

Pénombre dans le salon

 
 
Le pont Valentré à Cahors : une merveille fortifiée
 
 


Sur une table en noyer
 
 
 
Détail d'une chambre d'enfant, un soir d'automne, à la lumière très chaude d'un soleil en fin de course, juste avant qu'il ne se couche, avec le lapin bleu bien sûr.

 


Le même soleil jouant dans les rideaux et avec la fenêtre de la même chambre, la lumière est bien un phénomène ondulatoire.

 

 
 
Un autre rideau, partiellement éclairé, à l'image de l'évolution de nos états d'âme, conforme aussi à ce qu'est actuellement la société des hommes.
La partie éclairée (assez étroite sur la photo) pour la générosité, la solidarité, et la partie moins éclairée pour le reste..........
 
Au sens figuré, le secteur sombre de la photo est obsédant et il nous interpelle de multiples façons.

L'épanouissement de l'être humain est-il compatible :
   -  avec le non respect de la planète, berceau exceptionnel de nos vies

   - avec le concept de guerre économique permanente,
   - avec le pouvoir de l'argent qui écrase nos petites personnes et surtout celles qui en ont peu ou pas,
   - avec les illusions nées des religions, génératrices d'idéologies simplistes et de conflits (pas nouveau ce truc, donnons donc des leçons aux autres.......),
    - avec le pouvoir incroyable de certain médias télévisuels sur nos esprits (manipulations politiques  et abrutissement collectif garanti, exemple de l'instrumentalisation de l'histoire par les hommes politiques) link
   -  avec les fiertés nationales qui évoluent en obsessions nationalistes, voire même au passage à l'acte (cf "épurations ethniques" : quelle horreur ce qualificatif, du même type que celui de "plan social"  qui correspond à une manière édulcorée de parler de "plan de licenciement" : hypocrisies verbale et rédactionnelle )
   - etc, etc........ ?
 
  Déprimant tout ça, l'homme serait-il un grand malade et peut-on dire que la vie est une maladie mortelle et transmissible en oubliant que la bêtise l'est tout autant ?
Je crois que l'on va tirer le rideau pour aujourd'hui.


Constat d'échec des systèmes totalitaires !
Effondrement évident du système capitaliste (point de vue renié par ceux qui
profitent, au sens spéculatif, du système et qui préfèrent envisager sa régularisation et sa moralisation pour mieux continuer leurs belles affaires).

 
Il reste à inventer un nouveau monde plus éclairé !
Vivement le vrai siècle des lumières....
Décidément partir de cette petite photo pour en arriver la !
 
 

C'est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup.
Cette assise de fauteuil est un endroit privilégié où je me pose pour lire, alors, quand le soleil se met de la partie et vient réchauffer mon corps de lecteur, l'esprit s'y plaît (dans le corps et dans le livre) !
 
 

La même assise muée en abstraction

 

Le soleil vient de se lever et taquine le dessus de la cheminée. Les objets réchauffés s'animent, l'éléphant voit son ombre lui échapper et prendre des proportions et une dynamique menaçantes qui donnent des frayeurs bien légitimes à la poterie sa voisine.

 

Un cas évident de dédoublement physique
ou comment faire en sorte que son double soit plus trapu et moins grand que soi même.
 
 
 
L'ombre du petit bonhomme s'est démultipliée, le phénomène pourrait être surprenant s'il n'était pas dû à la multiplicité des sources lumineuses, c'est dommage pour le mystère.
 
 
 
Le double a pris sa liberté et il envisage d'aller flâner dans la cuisine sans demander la permission à l'original.
 
 
 
Nous y sommes dans la cuisine et après une séance de lecture culturelle et récréative, il va falloir penser à des choses plus pragmatiques, cuisiner par exemple ? Pas drôle !




Les ombres font parfois de magnifiques tatouages !

 
 
Un regard sur la gazinière, les plaques électriques sont pour l'instant masquées par leurs caches. Il va bien falloir les libérer pour mieux en être esclave, un comble !


 
La même chose mais sous un autre angle




Toujours la gazinière
 
 
 
Le plat est vide, comment le remplir pour satisfaire les affamés ?
 
 
 
Le réfrigérateur constitue une réelle opportunité de solutions culinaires, encore faut-il qu'il ne soit pas vide.
 
 


Ces fruits ne sont pas dans le réfrigérateur, il y a donc moyen de s'approvisionner en vitamines C, les feuilles peuvent même être accomodées en salade !

 
 
L'heure du déjeuner est passée depuis longtemps, tant pis pour vous ! Il ne fallait pas s'absenter.
 
 
 
Un café ça vous dit ? Histoire de me faire pardonner mon impertinence.
 
 
 
Un petit morceau de sucre de canne pour l'adoucir, ça vous va ?
 
 
 
Vous l'avez déjà bu ? Vous auriez tout de même pu prendre le temps de le déguster. Avez vous reconnu un arabica Colombien ? Même pas ? La profondeur de votre inculture est abyssale.
 
 
 
Je préfère me tourner vers la fenêtre pour ne pas exposer mon mécontentement.
 
 
 
Ou alors carrément détourner mes yeux vers le sol.
 
 
 
Enfin n'en parlons plus et cédons la place à l'artiste ès repassage. Merci à elle !
 
 

Un signe lumineux et chromosomique étrange dans la pénombre ambiante
 
 
 
Spot solaire sur une coupe suédoise contenant des bonbons de Murano, accompagnés d'une coupe en émaux de Limoges, le tout disposé sur une table en verre.
Il ne s'agit pas d'une présentation de préparation gastronomique.
 
 

 
Les ombres de la fenêtre et du lustre sont au plafond, l'impression est étrangement inquiétante et devient quasiment monochrome.
 
 
 
Vous avez dit ombres et lumières, vous auriez aussi pu parler de couleurs et éviter le terme de nature morte.
 
 
 
Enfin de la stabilité !
 
 
 
La lumière ne provient pas forcément de l'objet conçu à cet effet.
 
 

L'appel au repos

 
 
Il était une fois un flacon..........
 
 

 

Un mur, une fenêtre, le soleil et une abstraction résultant du jeu de l'ombre et de la lumière




 

Vous avez dit mysticisme ?
Mais non, vous vous trompez, il ne s'agit que d'une illusion ?




 

Là, par contre, il s'agit bien de morceaux de bois disposés en croix et ayant une signification mystique bien que chancelante .....




 

Cette fois, il n'y a aucune ambiguïté, cet ensemble constitué en granit Limousin est bien un fond baptismal.


 
Une fois sortis de la maison, une fois dégagés de l'emprise des symboles religieux, nous voilà confrontés avec la réalité des êtres qui nous entourent et qui puisent leur force dans l'énergie solaire et dans le sol.  L'ombre du tronc de l'arbre est immense et elle exprime une puissance colossale. Cette dernière reste toutefois illusoire face au niveau d'irresponsabilité des animaux intelligents que nous sommes. Pourquoi ressentons nous une montée d'angoisse lorsque nous nous retrouvons isolés en pleine forêt, à la tombée de la nuit, alors que ce sont les arbres qui auraient de bonnes raisons de se méfier de nous ?
 



 

Une communauté forestière opposant la face obscure des troncs et l'or des feuillages d'automne est une belle chose. L'ombre et la lumière se valorisent mutuellement, une fois encore.





Ce hêtre est très zébré




 

Le minéral a été recombiné par l'homme en maison; le végétal vient se projeter sur lui comme une empreinte et les feuilles jonchent le sol, comme pour souligner cette scène harmonieuse d'une fin de journée automnale.




 

Il apparaît parfois, au hasard des saisons, des lieux et des heures de la journée,  des ambiances forestières qui nous transportent dans un autre univers : féerique, coloré, contrasté. L'imagination peut alors s'éloigner des réalités matérielles et vagabonder en libre cours, vers des espaces inconnus de ceux qui ne rêvent jamais.






Le petit hameau de Chavanat est le thêatre du jeu de l'ombre et de la lumière





La petite route entre Saint Sylvestre et Grandmont, en plein hiver




 

Le soleil poursuit inexorablement sa fuite vers la ligne d'horizon, les ombres des arbres s'allongent sur la route et constituent des barrières fictives mais menaçantes. En contrepartie et comme pour s'opposer désespérément à cette prise de pouvoir des ténèbres, la lumière distille ses dernières lueurs dans une débauche de teintes mordorées.




 

Le crépuscule hivernal a pris définitivement le pouvoir et enveloppe inexorablement le petit village creusois de Saint Goussaud, la lumière n'est plus que l'ombre d'elle même.




 

La chambre 9 d'un hôtel, le soir de la journée de Noël, quelque part vers Saint-Etienne. Je ne sais pas si le père Noël assure aussi ses livraisons dans des lieux aussi improbables, il faudra que je lui écrive à ce propos.





Une source lumineuse assure ici une dominante colorée dans les jaunes orangés, comme pour la chambre d'hôtel de la photo précédente, mais les deux ambiances sont tout de même très différentes. L'une incite au sommeil ou bien à des activités physiques d'une autre nature, légitimes ou illégitimes. L'autre est plutôt propice à la dégustation d'un bon livre,  légèrement relevée, si nécessaire, d'un zeste de musique non agressive.




 

Le chemin des ombres
Comment marcher dans de telles conditions d'alternance de lumières et d'ombres ? Faut-il favoriser les zones obscures et donc le risque d'accrocher certains obstacles pierreux ou racinaires bien camouflés ou alors faut-il choisir l'option sécuritaire en faisant en sorte de ne poser les pieds que sur des surfaces éclairées ? La question est d'importance et, maintenant que je me la suis posée, je ne marcherai plus jamais comme avant ? Adieu la spontanéité et les automatismes de la démarche, de plus, à trop réfléchir à sa façon de marcher, les risques de choir et par conséquent ceux de déchoir augmentent considérablement !




 

Vous pouvez décider de quitter le sentier des ombres pour emprunter la petite route zébrée, l'absence de pierres et de racines vous facilitera la tache.




 

En cette fin de journée hivernale Haut-Viennoise l'ombre des arbres s'allonge à n'en plus finir et prend plus d'importance visuelle que les troncs rabougris dont elle est issue.




 

Cette fois l'ombre et la lumière ne sont pas dans la maison, ni d'ailleurs en Haute-Vienne. Nous sommes en Dordogne et cette photo très "ombres et lumières" est celle d'une fenêtre meurtrière du château de Beynac.




 

Ambiance médiévale garantie au château de Beynac, l'ombre prend facilement le dessus sur la lumière. Tout laisse supposer que les fantômes ne sont pas loins, peut-être cachés dans les armures.




 

Ne vous méprenez pas, ce ne sont pas des fantômes !




 

Une venelle de Sarlat où lumière et ombre jouent à se concurrencer de manière équitable.
 



 

L'hôtel de ville de Sarlat




Sarlat
 

La statue est en contemplation depuis une murette qui lui expose une vue imprenable sur un décor installé depuis très longtemps.....
Cette photographie issue de ma Dordogne natale pourrait constituer une bonne conclusion à propos de cette série d'images consacrée à l'ombre et à la lumière, mais peut-on réellement conclure sur un thème aussi fondamental ?
Il y aura donc certainement des clichés à rajouter et peut-être aussi d'autres à supprimer, au gré des humeurs et de l'inspiration du moment.
Je vous invite donc à ne pas les perdre de vue (les ombres et les lumières).

guylaine 02/10/2008 09:50

Merci,c supert, tout ce que j'aime poésie, douceur, lumiere la vie quoi! magnifique photos de superbes couleurs , un peut de mélancolie presque tristesse je reste comme cette statue de Sarlat en contemplation .