Où la philo mène

par Michel Carlué  -  15 Novembre 2016, 08:47  -  #Humains, #Insolite

Le Populaire du Centre

Dimanche 13 novembre 2016

 

 

 

 

À ceux qui ont pu le regarder comme un grand naïf avec ses histoires de joie et de bonheur, le philosophe Frédéric Lenoir répond sans le vouloir avec son dernier livre, né d'ateliers philo avec des enfants. Et ça cogite fort sous les petits crânes !

 

INTERVIEW

 

Florence Chédotal

florence.chedotal@centrefrance.com

 

 

Puisque nous sommes à quelques enjambées de Noël, autant débuter par cette réflexion édifiante d'un petit garçon de 9 ans, afin d'en informer les parents (le Père Noël, on voulait dire...) : « J'aime pas quand je dis : "je veux ça" et que ma mère me l'achète. Je préfère attendre un peu pour l'avoir. Parce que si on a tout de suite tout ce qu'on veut, on n'est jamais content ». Le philosophe, historien des religions et sociologue Frédéric Lenoir, aux allures de vieux sage, a mené durant un an des ateliers de philosophie et de méditation avec des enfants en France, en Belgique, au Canada... pour les faire réfléchir au bonheur, à la mort, au sens de la vie... Et en a fait un livre, Philosopher et méditer avec les enfants (*).

Les enfants semblent témoigner d'une aptitude étonnante à philosopher... Totalement. Ils ont un questionnement métaphysique très intéressant, une grande capacité à problématiser. il suffit de respecter quelques règles de base. Si tous les enfants philosophaient, le monde pourrait changer. Cela donne de l'espoir.

Quelles règles de base ? Ce n'est pas un cours de philo comme en terminale. L'adulte se présente comme quelqu'un qui va réfléchir avec eux. On se met en cercle. Il faut faire en sorte qu'ils répondent toujours par des arguments, pas seulement par des émotions. C'est le seul espace où ils peuvent s'exprimer ainsi, dépasser la simple performance, parler de la mort, du sens de la vie... des thèmes rarement abordés. Ils sont heureux de comprendre la différence entre une émotion et un sentiment, entre le bonheur et le plaisir. Ils adorent nommer ce qu'ils ressentent.

Vous débutez par votre notion favorite, le bonheur. Oui, ça les met en confiance. Ils ont plein de choses à dire sur ce thème. Parfois, on croit entendre du Sénèque ou du Montaigne ! Montaigne qui disait dans ses Essais qu'il fallait débuter la philosophie dès la nourrice ! Il exagère.

C'est quoi l'âge idéal ? La capacité d'abstraction arrive vers 6/7 ans. Ils théorisent mieux, ils arrivent à s'extraire du simple ressenti. À partir du CE1, ces ateliers marchent très bien.

Méditer consiste en quoi exactement ? Cela fait 33 ans que je pratique moi-même la méditation. Je lai découverte à 20 ans en Inde chez les lamas tibétains. Il faut laisser passer les pensées sans chercher à les retenir, revenir au corps, à la respiration.

Vous avez aussi tenté la méditation avec les enfants, ce qu'on ne penserait pas inné chez eux... Je les croyais aussi trop petits, c'est déjà difficile pour un adulte. Les enseignants me parlent d'une génération d'enfants agités, stressés. Lors des ateliers, on ferme les yeux, on pose les mains. Contre toute attente, ils sont capables de rester longtemps dans cet état d'intériorité Chaque matin, je médite entre 10 et 30 minutes. Je commence ma journée dans le calme intérieur, ce qui me permet de mettre de la distance ensuite. Je me dis juste "tiens, la colère arrive".

Certains vous reprochent votre côté bienheureux dans le chaos... Plus le monde est malheureux plus il faut des gens heureux Notre malheur ne changerait rien. Au contraire, la joie est une puissance vitale. Et puis, le monde n'est pas si malheureux que ça. Je voyage beaucoup et il y a dans ce monde des milliards d'individus qui vont bien, même s'il y a aussi de la souffrance. Le spectacle médiatisé du monde, servi par les chaînes d'info continue, donne un climat anxiogène.

C'est quoi une vie réussie ? Les enfants disent que c'est faire ce qu'on aime, tout en faisant du bien aux autres. Je trouve cela merveilleux. Je suis de plus en plus rousseauiste, persuadé qu'il y a quelque chose de bon en l'Homme qui ne demande qu'à s'exprimer, s'il n'y a pas d'interférence négative. Les enfants aspirent au bonheur et à l'altruisme. Ne dit-on pas que la vérité sort de leur bouche ? 

___________________________________________________________

 

(*) À lire. Philosopher et méditer avec les enfants (avec un CD), par Frédéric Lenoir, Albin-Michel, 272 pages, 19,90 €. Frédéric Lenoir a créé la fondation SEVE, Savoir être et vivre ensemble (www.fondationseve.org), pour fédérer et former des personnes.

 

___

anny brugier 29/11/2016 23:41

j'aimerai appendre a méditer ! je crois que ça m'aiderai