Conques - L'abbatiale

par Michel Carlué  -  8 Mai 2015, 08:05  -  #architecture

L'abbatiale Sainte-Foy est située dans la commune française de Conques, dans le département de l'Aveyron.

 

Elle est considérée comme un chef-d'œuvre de l'art roman du sud de la France, et reste surtout célèbre pour son tympan et son trésor comprenant des pièces d'art uniques de l'époque carolingienne, dont la statue-reliquaire de sainte Foy. Depuis 1994 l'intérieur est décoré avec des vitraux de Pierre Soulages, un enfant du pays. Cette abbaye a été construite à partir de 1050 par l'abbé Oldoric à l'emplacement de l'ancien ermitage de Dadon (819), saint homme qui reçut faveurs et protection de Louis le Pieux, fils de Charlemagne et roi d'Aquitaine du vivant de son père.

L'abbatiale Sainte-Foy de Conques fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840. Elle est également inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France depuis 1998.

 

Cliquez sur la première photo pour la voir en grand puis visionner ensuite les autres en utilisant les fléches de défilement de votre clavier.

Conques - L'abbatiale

Le portail occidental de l'abbatiale Sainte-Foy est surmonté d'un tympan décrivant le Jugement dernier. Il est considéré comme « l'une des œuvres fondamentales de la sculpture romane par ses qualités artistiques, son originalité et par ses dimensions ».

Il représente le Jugement dernier, d'après l'Évangile selon Matthieu. Il comporte 124 personnages, l'ensemble est divisé en trois niveaux. Tout en haut dans les angles on peut voir deux anges sonneurs de cor, au centre trône le Christ en majesté, avec les élus à sa droite, au Paradis, et les damnés à sa gauche, en Enfer.

Derrière lui les anges portent la Croix et le fer de lance évoquant la Passion.

Au niveau médian le cortège des élus est en marche vers le Christ, on peut reconnaître la Vierge Marie et Saint-Pierre (personnages nimbés), qui sont suivis par les personnages ayant marqué l'histoire de l'abbaye : l'abbé Dadon (son fondateur), Charlemagne (son bienfaiteur). Dessous, sainte Foy sous la main de Dieu, à côté des menottes des prisonniers qu'elle a libérés. De l'autre côté des anges-chevaliers repoussent les damnés essayant d'échapper à l'Enfer. On peut y voir de mauvais moines, un ivrogne pendu par les pieds.

 

Le troisième niveau est divisé en deux parties. À gauche se trouve le Paradis présidé au centre par Abraham, à sa porte un ange fait entrer les élus. La partie droite est consacrée à l'enfer où préside Satan, et où sont châtiés les péchés capitaux : l'Orgueil, désarçonné d'un cheval, l'Avarice pendue haut et court avec sa bourse, la Médisance dont la langue est arrachée par un démon, l'Adultère représenté par une femme, poitrine dénudée, liée par le cou avec son amant. Sur le linteau on peut lire la phrase suivante : « Pécheurs, si vous ne réformez pas vos mœurs, sachez que vous subirez un jugement redoutable ».

 

Conques - L'abbatiale

L'intérieur de l'abbatiale est très sobre, la voûte est très haute (22 m), le chœur est entouré d'un déambulatoire permettant aux fidèles de défiler autour des reliques de Foy d'Agen. Il est orné de superbes grilles datant du xiie siècle. La sacristie est décorée de fresques du xve siècle qui racontent le martyre de la sainte. Au fond du transept gauche, on peut admirer un haut-relief représentant l'Annonciation, sculpté par le même artiste que celui qui exécuta le tympan. Les vitraux de Pierre Soulages réalisés entre 1987 et 1994 en collaboration avec le verrier Jean-Dominique Fleury ajoutent un aspect contemporain à l'atmosphère sobre et recueillie de l'église.

 

Les chapiteaux constituent un exemple parfait de l'art roman. Le plus ancien de ceux-ci semble être celui de Saint Pierre crucifié la tête en bas. Des chapiteaux à entrelacs sont également présents. Il y a aussi des thèmes de combats entre cavaliers et hommes d'armes, peut-être liés aux croisades.

 

Merci au contributeur de Wikipédia pour son article très documenté que j'ai copié et collé sans scrupules.

 

Abbatiale de Conques

 

 

Que dire de personnel à propos de l'abbatiale Sainte-Foy de Conques. Je ne rentrerai point dans des considérations religieuses parce que j'en suis radicalement éloigné. Par contre, comme j'ai déjà pu l'exprimer dans d'autres articles, ces chefs d'oeuvres architecturaux édifiés sous l'impulsion d'une forte spiritualité et avec le talent de leurs concepteurs et réalisateurs (architectes, sculpteurs, tailleurs de pierre, maçons, vitrailliers, etc...) me fascinent. La sobriété monacale de cet édifice est particulièrement émouvante. La hauteur sous voute est impressionnante pour une construction de style roman. La lumière y est bien présente, les vitraux très clairs conçus par Pierre Soulages et Jean-Dominique Fleury y sont pour beaucoup. La sensation d'apaisement est forte, elle incite à la méditation. L'on imagine sans peine et avec émotion la foule des pèlerins pour lesquels ces lieux constituaient une halte obligée lors de leur périlleux cheminement vers Saint-Jacques de Compostelle.

Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale
Conques - L'abbatiale

 

 

Jérôme 08/05/2015 15:01

Superbes photos pour retranscrire la beauté de cette perle de la vallée du Lot et des chemins de Saint Jacques

Michel Carlué 08/05/2015 18:48

Merci beaucoup pour votre commentaire très sympathique. Je vais essayer de continuer, la prochaine étape passera par Cordes sur Ciel. A bientôt et encore merci - Michel

mouneluna 08/05/2015 11:11

Bonjour Michel, Conques est pour moi, le must du roman, j'y suis allée 2 fois mais j'y retournerais bien encore, merci de tes belles photos
Saint guilhem le désert vaut aussi le détour, le connais tu ?
bon 8 mai. bises

Michel Carlué 11/05/2015 17:05

Je ne connais pas Saint-Guihem le Désert, je note sur mes tablettes. :-)

Michel Carlué 08/05/2015 18:50

Quel plaisir de te retrouver Moune. Je suis vraiment ravi que cet article photographique sur Conques est réveillé en toi d'agréables souvenirs de ce superbe village et de sa fantastique abbatiale - Amitiés et bises - Michel